X
Lundi 18 juin
Risque d'averses
Temp Min : 13 °C
Temp Max : 20 °C
Archives
Le démontage des Ateliers Marcelle le 23 avril 2010
La puissance des mâchoires capables de briser une charpente en fer et la force des grues, ainsi que le savoir-faire des techniciens auront eu raison, en quelques jours, des anciens Ateliers Marcelle.
Fermés il y a presque 5 ans, leur implantation avait été achetée par la commune.
Le terrain ainsi libéré pourra accueillir le projet de création d'un « atelier rural » un lieu où des entrepreneurs pourraient, pour se développer, trouver logistique et collaborateurs mis en commun...
Seuls le bâtiment à front de la rue de Dinant et, perpendiculaire à celui-ci, l'ancien outillage, subsistent et seront rénovés dans le cadre du projet.

En savoir plus sur les Ateliers Marcelle
Cliquez sur les photos pour les agrandir
Gougnies - Démontage des Ateliers Marcelle - 23 avril 2010 - Cliquez pour agrandir Gougnies - Démontage des Ateliers Marcelle - 23 avril 2010 - Cliquez pour agrandir Gougnies - Démontage des Ateliers Marcelle - 23 avril 2010 - Cliquez pour agrandir Gougnies - Démontage des Ateliers Marcelle - 23 avril 2010 - Cliquez pour agrandir Gougnies - Démontage des Ateliers Marcelle - 23 avril 2010 - Cliquez pour agrandir Gougnies - Démontage des Ateliers Marcelle - 23 avril 2010 - Cliquez pour agrandir Gougnies - Démontage des Ateliers Marcelle - 23 avril 2010 - Cliquez pour agrandir Gougnies - Démontage des Ateliers Marcelle - 23 avril 2010 - Cliquez pour agrandir Gougnies - Démontage des Ateliers Marcelle - 23 avril 2010 - Cliquez pour agrandir
Photos Jacques Monnoyer

Cliquez sur les photos pour les agrandir
Gougnies - Démolition Ateliers Marcelle - 23 avril 2010 - Cliquez pour agrandir Gougnies - Démolition Ateliers Marcelle - 23 avril 2010 - Cliquez pour agrandir Gougnies - Démolition Ateliers Marcelle - 23 avril 2010 - Cliquez pour agrandir Gougnies - Démolition Ateliers Marcelle - 23 avril 2010 - Cliquez pour agrandir
Photos Philippe Busine



Retour aux archives

Retour en haut
Commentaires
Par ben le jeudi 24 avril 2014 à 14h21
Pour Brigitte:

pourquoi pas? Sans engagement de notre part, mais ça peut être sympa!
Envoyez le svp, à l'intention de Ben, à l'adresse de contact que vous trouverez dans notre page d'accueil ("nous contacter")

merci
Par brigitte le jeudi 24 avril 2014 à 11h23
travaillant sur une petite histoire de bêche je tombe sur votre site.
C'est émouvant! Vraiment!
Puis-je vous envoyer le texte par mail ?
C'est dans le même ordre d'idée.
Amicakelement
Brigitte de mahieu
Par pascale le samedi 29 mai 2010 à 22h52
je suis parfaitement d'accord avec le fait que toi,,tonton jules,parrain maurice.....avez fait tt ce que vous pouviez.....chacun à votre manière et selon les possibilités et attentes de l'époque... on ne peut contenter tt le monde...il faut évoluer selon l'offre et la demande,je sais que vs vs etes battus pour sauver les ateliers mais à l'impossible nul n'est tenu!j'étais bien trop jeune pour pouvoir partager les difficultés de gestion des ateliers"MARCELLE" mais j'en garde des souvenirs exceptionnels et meme si cela n'a pas tjr été facile pour les personnes qui d'une façon ou d'une autre on fréquenté cet endroit je leur souhaite de mettre en avant les bons souvenirs et de souhaiter que l'avenir de ce site apporte un plus à la population de gougnies!
Par jean le samedi 29 mai 2010 à 09h27
Bien sûr, Pascale, ta nostalgie est absolument légitime. Sache bien que je la comprends d'autant plus que j'ai assisté "en direct" au travail de ces engins. Chaque coup de cisaille dans la structure d'acier était comme un coup de bistouri dans les tripes. Mais voilà, nous nous sommes battus pour repousser l'échéance, nous avons maintenu l'outil en état de survie mais celui-ci était au bout du rouleau, dans un contexte particulièrement difficile. Chaque tempête emportait un morceau des hangars et chaque coup dur financier entraînait l'entreprise vers le gouffre et une catastrophe tant sentimentale que matérielle. Déjà en 1980, l'ensemble a failli glisser dans le précipice. C'est à coups d'hypothèques et autres manoeuvres financières que l'on a louvoyé entre les pièges. Mais bon, il était temps d'arrêter, on allait droit dans le mur. Le poids des dettes devenait insoutenable pour l'entreprise et la venue d'un acheteur constituait la meilleure solution. C'est malheureusement notre génération qui aura vécu cela. Quoi qu'en disent certains, nous sommes les premiers à le regretter ! Ceci dit, des ateliers tout neufs vont être reconstruits sur un site assaini et celui-ci va retrouver sa vocation industrielle et locale puisque communale. Espérons que cela se fera dans les plus brefs délais pour redonner vie au quartier...
Par pascale le vendredi 28 mai 2010 à 19h57
ça alors...je voulais montrer à mes enfants le village et si possible la maison,l'atelier où je passais mes vacances avec beaucoup de plaisir aux cotés de mes gds-parents et voilà qu'une partie de ces souvenirs ont matériellement disparus mais jamais les bons moments partagés dans cet endroit avec les différentes personnes que j'y rencontraient,tonton jules,madeleine,hubgert.......les heures passées à jouer dans le talus derrière l'atelier,les pastilles "valda" que mon gd père cachait ds le tiroir de son bureau et toutes les précautions qu'il prenait avant de nous autoriser à traverser l'atelier afin de s'assurer qu'il ne nous arriverait rien...le bonheur que je ressentais à chaque fois que l'on m'autorisait à aller à l'atelier ou que j'y allais en cachette...on peut abattre autant de briques que l'on veut cela ne m'empechera jamais de partager mes souvenirs avec mes enfts et pts enfts des moments qui jamais ne disparaitrons et tjr seront plus forts que les grues et bulldozers.......merci à tt ceux qui d'une façon ou d'une autre m'ont permit de vivre ces bons moments !
Par stefan le mercredi 28 avril 2010 à 01h03
mois aussi j en ai une que je vai retaper et garder comme piece de collection car elle a de l histoire cette pelle et meritte bien une bonne et heureuse retraite apres tant d annee quand je suis tombe dessus tanto je me suis dit celle la pentionnee de nos jardins et n irra pas au marchant de loques je la garde y en aura plus jamais des pareilles elle a fait sa vie et retrouvera une segonde jeunesse et je la meterais dans mon arriere cuisine dans un coin bien au chaud. c est le modele arrondi de pelle voir le catalogue des ateliers sur gougnies. be. le portique de ma remise a ete fait aux ateliers.
Par Isabelle le lundi 26 avril 2010 à 13h56
C'est bien triste de voire les ateliers détruits comme cela. Sachant que papa a travaillé là et encore bien d'autres gens de Gougnies. Je connaissais bien certain endroit car quand il faisait bon je descendais à l'atelier près de papa.
Par Pol le lundi 26 avril 2010 à 10h03
Encore une page de notre histoire qui se tourne ... j'éprouve beaucoup de nostalgie et je repense aux bêches de très grandes qualités qui sortaient de ces ateliers et que mes grands-parents et arrières grands-parents utilisaient pour nous cultiver de bons légumes ... j'en possède d'ailleurs encore une que je garde précieusement.
Par par moi le dimanche 25 avril 2010 à 00h44
impretionant et un fameux terrain au fait il devrait faire combien a vide d hectares hein ? ca fait drole quand on passe a la rue de dinant plus qu un petit bout de bureaux un point c est tout nostalgie quand tu nous tient !!!!!! snif
Par Akela le vendredi 23 avril 2010 à 21h20
Suis triste...
Un grand vide à la rue de Dinant.
Espèrons qu'on va bien le (re)remplir...
... pour le bien et dans l'intérêt du village de Gougnies.
Ajoutez un commentaire :
Conditions d'utilisation
Votre nom :

Votre commentaire :
Retour en haut