X
Vendredi 21 juillet
Nuageux
Temp Min : 9 °C
Temp Max : 25 °C
Souvenirs de chorale

Une équipe...
C'est en 1972 que sur la portée de la paroisse, la première note donne le ton à la partition de la Chorale St Remi de Gougnies.

Devant le traditionnel lutrin, un chef de chœur qui dispose dans son jeu de tous les atouts nécessaires pour réussir un défi bien gougnacien : métamorphoser des amateurs dont beaucoup ne possèdent même pas les notions élémentaires du solfège, en choristes polyphoniques. Henry Penninckx retrousse ses manches et les répétitions se succèdent. Sa compétence en matière de chant choral et sa joviale patience font bon ménage et bien vite, les premières prestations produisent le souffle de motivation qui actionne les ailes du moulin.

Au clavier, Raoul Demanet, avec aux registres de ses orgues l'accord harmonieux de la gentillesse et de la détermination nécessaires pour sans cesse reprendre le même morceau jusqu'à ce qu'il enchante l'oreille musicale du chef.

A l'intendance, Gilbert Tondus, gestionnaire attentif, toujours au poste avec le souci d'une parfaite organisation des activités du groupe, le gardien d'une escarcelle incontestablement en bonnes mains.

Grâce au dynamisme de cette équipe, les piliers sur lesquels s'érige la chorale se consolident et assurent à celle-ci la stabilité d'un édifice de plus en plus solide.

Cinq ans après sa naissance, le groupe comporte 42 membres comme on peut le constater sur cette fiche de présences établie par Monsieur Penninckx en 1977. Les colonnes verticales indiquent les prestations parmi lesquelles les offices à Gougnies, Pontaury, Tamines, un mariage à Mouscron, l'Abbaye d'Aulne, un enregistrement radio à Gerpinnes et le mariage de notre Francis Sodini national. La liste mentionne les chanteurs par voix : « S » comme soprano, « A » comme alto, « T » comme ténor et « B » comme basse. Cette fiche circule entre les choristes lors de la répétition et chacun y indique ses disponibilités. On peut remarquer que le succès de la colonne « Aulne » est évident, on comprendra pourquoi plus tard...

Cliquer pour agrandir
Gougnies - Chorale - Cliquez pour agrandir
La liste des présences. (Coll. Michèle Massaux)

Cliquer pour agrandir
Gougnies -  Chorale - Cliquez pour agrandir Gougnies -  Chorale - Cliquez pour agrandir
Pontaury 1975 (Coll. Michèle Massaux)

72-86, un triolet de baguettes...
De sa naissance jusque 1980, la chorale va s'épanouir au rythme de la baguette d'Henry Penninckx. Lors de nombreuses prestations, François Haulin et son épouse, professeurs de violon, apportent au répertoire un appréciable soutien musical. En 1980, lorsque Monsieur Penninckx réintègre son domicile bruxellois, Monsieur Haulin dépose son violon dans son étui et reprend la baguette laissée sur le lutrin. Il diversifie le répertoire et prodigue aux choristes peu habitués à manipuler la clef de sol quelques notions de solfège bienvenues sur la portée de leur partition.

En 1984, pour des raisons de santé, Monsieur Haulin cède la direction du chœur à Madame Pourtois qui l'assure jusqu'en 1986.

Du chœur au podium...
Les prestations de la chorale sont variées, il est utopique de prétendre les citer toutes sans exception.

Les offices à Gougnies.
La chorale présente un programme spécial à chaque événement liturgique dont Pâques, l'Ascension, Noël, et bien sûr la Sainte Cécile, patronne des musiciens qui retient bien naturellement toute l'attention des choristes.

Les mariages.
Lors de nombreux hyménées par monts et par vaux, l'engagement solennel des conjoints est porté par les élans polyphoniques de la chorale, encouragements à vite dire « oui » pour se rapprocher sans tarder de la convivialité désaltérante de l'apéritif...

Cliquer pour agrandir
Gougnies -  Chorale - Cliquez pour agrandir Gougnies -  Chorale - Cliquez pour agrandir
Gougnies -  Chorale - Cliquez pour agrandir Gougnies -  Chorale - Cliquez pour agrandir
Quand les choristes se marient... (Photos 1,2,3 coll. Marie-Claude Maquet et 4, coll. Jean Marcelle)

L'Abbaye d'Aulne.
Chaque année, la chorale participe à la « Journée mariale des Hospitaliers » dans le cadre serein de l'Abbaye d'Aulne. Après la messe chantée et la procession dans les ruines, les choristes se retrouvent pour de joyeuses agapes et animent le dessert avec quelques chants d'ambiance adaptés pour 4 voix mixtes. Cette petite prestation a pour effet de stimuler la générosité du public lors de la réhydratation collective.

Cliquer pour agrandir
Gougnies - Chorale - Cliquez pour agrandir Gougnies -  Chorale - Cliquez pour agrandir Gougnies -  Chorale - Cliquez pour agrandir
Le programme à l'Abbaye d'Aulne et, en 1981 avec M. Haulin. (Photo coll. Jean Marcelle)

Les concerts.
Quand un ténor rencontre un autre ténor, qu'est-ce qu'ils se racontent ? Des histoires de ténors ? Peut-être, mais ces concerts sont surtout particulièrement motivants, ils permettent aux choristes de se rencontrer, de s'échanger les fruits de leur expérience. On peut citer le concert à Thy-le-Château, l'enregistrement radiophonique de la RTB à Gerpinnes et bien sûr les 4 participations de la chorale de Gougnies aux festivals « Canticorum Jubilo » à Mettet.

Et puis, il y a les petits concerts improvisés, à l'Abbaye d'Aulne, à l'apéritif des mariages, dans un bistrot, un restaurant, toujours, cette même joie de chanter, de vivre ensemble une véritable et efficace thérapie contre la morosité.

Cliquer pour agrandir
Gougnies -  Chorale -Cliquez pour agrandir
Petit concert d'après-mariage, 24 juin 1978, mariage de Jean-Pierre et Carine. (Photo coll. Aline Cabut)

De Haendel à Bécaud...
Dès le départ, la barre du répertoire religieux est placée haut. Henry Penninckx nous plonge dans le monde de la polyphonie classique. On déchiffre, on étudie, on répète, avec détermination, certes, mais pas toujours avec le sérieux qui s'impose...

Enfin, l'ambiance est excellente et les choristes sont fiers de présenter des œuvres comme l' « Ave Verum » de Mozart, les messes polyphoniques de Gounod, Haller, Mawet, le « Jesu Christe » de Van Berchem, l' « Ave Maria » d'Arcadelt et, prouesse pour des amateurs, l' « Alleluia » de Haendel.

A son clavier, Raoul est chatouillé par la plume de l'auteur et compose un « Salutaris Hostia » que la chorale interprète avec enthousiasme.

Cliquer pour agrandir
Gougnies - Chorale - Cliquez pour agrandir Gougnies -  Chorale - Cliquez pour agrandir Gougnies - Chorale - Cliquez pour agrandir
Le programme de Henry Penninckx pour Aulne 1977. Raoul Demanet, à son anniversaire. (Photo Bernard Gillain.) La partition de son "Salutatis Hostia"

Pour les concerts, quelques chants profanes sont mis au point par Monsieur Penninckx et Monsieur Haulin en développe le répertoire. Parmi les morceaux interprétés lors des festivals à Mettet, voici quelques titres qui rappellent de bons souvenirs :

  • Simi yadech
  • Chant des saisons
  • Chœur des chasseurs
  • Doux chagrin
  • Ballade irlandaise
  • Berceuse de Brahms
  • Le temps du muguet
  • La mort du poète
  • L'enfant au tambour
  • Sul bord del Sambre
  • La grenouille
  • Le conscrit du Languedoc
  • L'eau vive
  • Lisa
  • La fanfare du printemps
  • Etc...

Chaque morceau est présenté par un petit texte personnalisé et le concert se termine par un ou deux chants communs aux chorales participantes. A l'issue de la prestation, une séance de réhydratation des cordes vocales est toujours prévue par le comité organisateur.

Quand les choristes se mettent à table avec leur Patronne...
La Sainte Cécile, grande fête des musiciens est un rendez-vous que les choristes ne risquent pas de manquer.

Un programme spécial est concocté par le chef et l'organiste pour la célébration et une soirée mémorable est façonnée de main de maître par l'intendant sous le signe de la plus grande convivialité.

Petits discours et petits cadeaux s'échangent à l'apéritif et le banquet des irréductibles chanteurs se solde par un concert improvisé aux parfums de la cervoise locale...

Quelques anecdotes parmi tant d'autres...
A l'issue d'un mariage à l'église du « vieux » Givet et de l'apéritif en présence des jeunes mariés, les choristes se retrouvent dans un petit resto du centre-ville. Après avoir avalé le steak que la patronne a la gentillesse d'accepter de nous servir malgré l'heure et le nombre de convives, ceux-ci recoiffent leur casquette de chanteur et gratifient l'établissement d'un mini-concert digestif. Personnel et clients, séduits par cette ambiance musicale pas banale, se succèdent pour remplacer les bouteilles vides sur les tables de la chorale par des bouteilles pleines ! Cachets de chanteurs versés en liquide...

La même expérience est vécue à Baisy-Thy, au retour d'un mariage à Rhode-Ste-Genèse. Dans un dancing où les choristes se retrouvent et exécutent une petite démonstration de leur capacité vocale, le disc-jockey annonce au micro de l'installation qu'il est occupé à monter pour la prochaine soirée : « Bon, ben moi, je démonte, vous ferez bien sans moi ! »

A l'Abbaye d'Aulne, avant la célébration de la messe mariale, le directeur, l'Abbé Jean Wiart s'adresse à un petit groupe de ténors et basses :

« Venez dans mon bureau, j'ai quelque chose à vous dire ! »

Un peu surpris par cette invitation, les quelques choristes concernés dont je faisais partie le suivent dans ledit local. La porte à peine fermée, il distribue les bouteilles :

« Tant qu'on est entre hommes, il faut goûter la nouvelle Ada ! »


Et ensuite...
Après 1986, Madame Pourtois cesse ses activités et la chorale s'émiette.

Les membres du comité de paroisse avec l'aide de Bernard Gillain à la baguette et de Marie Mincke au clavier, reprennent la chorale en main et assurent l'animation des offices à l'église de Gougnies.

Lors de manifestations particulières (Noël, mariages, concerts), ces choristes s'associent à la chorale St Michel de Gerpinnes sous la baguette de Monique Gérard. Ils participent notamment aux festivités du 400ème et du 900ème ainsi qu'aux « Mystères de Noël ».

Cliquer pour agrandir
Gougnies -  Chorale - Cliquez pour agrandir Gougnies -  Chorale - Cliquez pour agrandir
Les Mystères et Noël et les fêtes du 900e. (Photos Michel Florence)

Aujourd'hui d'après les renseignements qu'Aline Cabut a eu la gentillesse de me communiquer, la chorale se compose comme suit :

Jean-Pierre Barthélemy à la baguette, Germain Barbier au clavier, Francine Nolveaux aux cordons de la bourse, et derrière leur partition, Lili Gérard, Bénédicte Nolveaux, Olga Vandemergel, Marie Antoinette, Gisèle et Jean-Marie Genicq, Céline et Ginette Monnoyer, Carine Boninsegna, Viviane Bouton, Aline Cabut.

Les répétitions se déroulent le vendredi à 19h (20h en été), et les messes sont chantées le samedi à 19h tous les 15 jours.
Les membres actuels de la chorale souhaitent que de nouveaux choristes se joignent à eux. Voir notre rubrique Informations Pratiques.

Cliquez sur la photo pour l'agrandir
Gougnies_chorale_Aline_Cabut - Cliquez pour agrandir
Photo Aline Cabut

L'équipe actuelle. Avant-plan de g à d: Aline Cabut, Francine Nolveaux, Marie Antoinette,Viviane Bouton,Bénédicte Nolveaux. 2ème rang: Gisèle Genicq, Carine Boninsegna, Olga Vandemergel,Ginette Monnoyer,Lili Gérard. 3ème rang: Germain Barbier,Jean-Pierre Barthélemy, Jean-Marie Genicq.

Une mise à jour de ce dossier est à voir dans la page de l'association

Texte rédigé par Jean Marcelle

retour en haut
Commentaires
Par jean le jeudi 31 juillet 2014 à 17h26
Merci à toi, Thierry !
Ton message démontre que nos dossiers ne sont pas stériles et peuvent engendrer un peu d'émotion...
Le fait, comme toi, de le dire en quelques mots nous encourage à continuer à évoquer les souvenirs d'une belle époque !
Par thierry maitrejean le jeudi 31 juillet 2014 à 00h00
Bonjour, je suis le neveu de Francois Haulin. C'est avec emotion que j'ai parcouru ce dossier. J'etais bien jeune mais je me souviens de vos prestations, par exemple lors des mariages de mes cousines.
Quasi 40 ans plus tard, merci a vous tous.
Par sefan lardinois le samedi 04 avril 2009 à 02h32
que d emotion de revoir ginette sur la photo .
Par Jocelyne Lambert, Colllègue de Jean Monnoyer-Laneffe le mardi 24 mars 2009 à 21h50
Je n'ai jamais eu l'occasion de vous entendre. Je n'ai qu'une chose à vous dire: Vous avez mis tout votre coeur dans les chants interprêtés ce samedi 21 mars lors des obsèques de Ginette, l'épouse de mon collègue Jean .Je vous en remercie.
Par Christian le mardi 30 octobre 2007 à 09h57
Pour Jean, j'ai bien entendu visité le lien du Team des Carrières mais seulement après l'envoi du message. Emotion quand je vois la Karmann plier les genoux dans le virage et équipée de ses énormes casseroles Cibié. Henri n'était pas un trompe-la-mort et restait très prudent au volant de l'engin. Il adorait sa Karmann. Je pense d'ailleurs que ce fut un déchirement de s'en séparer.
Par Christian le mardi 30 octobre 2007 à 09h36
En réponse à Ben : je n'oublie pas ton projet de série sur les "Gougnaciens à l'étranger" et notamment en ce qui concerne Antoinette. Le temps de "collecter" les renseignements nécessaires en ce qui concerne leurs coordonnées exactes à Johannesburg. Amicalement.
Par jean le mardi 30 octobre 2007 à 08h51
Si tu vas dans la rubrique "vie villageoise" et que tu ouvres le dossier "team des carrières", tu y retrouveras Henri en pleine action sur sa Karmann...
Par Christian le lundi 29 octobre 2007 à 20h23
HENRI DUPUIS si je ne m'abuse ! Sorry : 32.000.000 neurones en moins aussi !
Par Christian le lundi 29 octobre 2007 à 20h22
Salut Jean! Comme je l'écrivais si justement il y a peu, j'ai pris 32 ans de plus depuis cette photo et 32000 cheveux de moins. Passons sous silence les centimètres de plus à la ceinture! No Comment! Un tout grand merci de m'inviter à passer te voir. Je le ferai dans les plus brefs délais. J'aime le faire à moto car cela me permet de flâner plus librement. Cela me permet d'arrêter où je veux pour apprécier un vieux coin du village et je prends un pied monstre plein de nostalgie lorsque au détour d'une rue j'ai des flashes (pas ceux de Gerpinnes!!) datant d'il y a plusieurs lustres. Hélas, le village a perdu une grande partie de son charme des années 70 et il m'est arrivé, il y a une quinzaine de jours, de redescendre le Maka. J'y ai retrouvé le BlockHaus
d' Alphonse Vaes juste à côté de la villa où résidaient mes parents Emile et Marie-Jeanne. Tu sais la villa blanche "Pax Domini" devant laquelle j'ai garé mes vieilles voitures (la DKW Junior jaune, la Coccinelle blanche et les 2 coupé Karmann Ghia 1500 dont l'une (pas un beau vert!!) avait été rachetée au "petit" Henri (oublié le nom exact). Il en avait fait des rallyes dans cet engin avec le Byblos comme point de chute...et un jour... le petit "Henri" a chuté sur... Héléna P. Mais je m'égare. Tout cela pour te dire que je n'ai plus reconnu le Maka tant cela a été bâti en dépit du bons sens architectural. J'ai deviné au milieu des ronces, à côté de la villa blanche une construction qui appartenait à Jacques Baivier et qui était promise à un bel avenir artistique. C'est en l'état depuis 30 ans, cela n'a plus bougé et c'est un lieu quelque peu mystérieux dans lequel si je fouille un peu je retrouverai le chassis de ma DKW Junior de 196... Car Jacques récupérais absolument tout. J'ai l'impression lorsque je regarde dans ce "domaine", d'être acteur dans un film que l'on pourrait appeler "GOUGNIES année 2975". Là en arrêtant le moteur, j'ai cru entendre les cris des enfants descendant barboter à la "Turbine". Souvenir fugace! Eh oui mon bon Jean! Je suis un nostalgique de toute cette époque. Mais je "berdèle" beaucoup et je vais te fatiguer avec mes souvenirs (bah!! J'en ai plein d'autres!). Je vous souhaite à tous que l'engouement que vous manifestez pour l'histoire de votre village ne cesse jamais et si vous saviez comme, parfois, je vous envie d'être resté là-bas, à Gougnies, proches les uns des autres. Soupirs!!!!

Christian
Par jean le samedi 27 octobre 2007 à 11h02
Je profite de ce sympathique échange de messages pour saluer Christian qui nous revient grâce à la magie cybernétique. C'est vrai que les ténors ont toujours eu la réputation de ne pas être des tristes et que nos souvenirs de chorale ne risquent pas de disparaître sous la poussière du temps ! Si, à l'occasion d'un passage à Gougnies, ton emploi du temps t'offre quelque liberté, on pourrait se les raconter à nouveau....quand tu veux et bien amicalement !
Par Christine le vendredi 26 octobre 2007 à 21h56
Exact, Christine ! ...

Et tu sais certainement que Christian et Antoinette ont aussi une soeur qui s'appelle ........ Christine, bien évidemment ! .... une de plus !

Il faut souligner également que c'est leur maman qui a créé la crêperie de la fête de Gougnies.
En effet, c'est Madame Deconninck (Marie-Jeanne, si je ne me trompe) qui a proposé au Comité des Fêtes de faire des crêpes le samedi et le dimanche après-midi et, si mes souvenirs sont bons, je pense que cétait pour la 2ème édition de la fête ....

Antoinette, quant à elle, a eu l'honneur d'allumer le bûcher du Grand Feu l'année de son mariage. Je ne me souviens plus exactement de l'année mais ce que je peux vous dire, c'est qu'elle a très bien fait ça...
En effet, elle ne s'est pas contentée d'allumer le bûcher à 20 heures ...
En fait, elle nous a accompagnés tout au long du cortège ....
Eh oui ! c'était bien Antoinette qui se cachait sous la cape de la magnifique sorcière qui a animé le char du pendu cette année-là ! Il doit même me rester quelques photos ... Beaux souvenirs .....

Par Christine Charlier le vendredi 26 octobre 2007 à 19h29
Oui Ben, Antoinette habitait au Maka (en bas de la rue à gauche).

Bises

Christine
Par Ben le vendredi 26 octobre 2007 à 08h54
Pour Christian

merci de tes commentaires sympathiques. Ta soeur a t-elle habité Gougnies? Si oui, ce serait chouette d'avoir un contact avec elle car nous avons en projet une série sur les "gougnaciens à l'étranger".
Veux tu bien nous contacter sur
info(a)gougnies.be?
merci
Par Christian Deconninck le jeudi 25 octobre 2007 à 20h35
Pontaury 1975 : photos du haut en noir et blanc, le grand "chevelu", ténor (4ème en partant de la gauche. C'est moi avec 32 ans de plus et une voix toujours en état (du moins je le pense!). Comme le font remarquer les rédacteurs précédents, que d'émotions et de souvenirs impérissables. J'y retrouve des visages tels qu'ils ont toujours été dans ma mémoire et enfin, j'en reconstitue d'autres. Après tant d'années, un pur bonheur! Merci aux collectionneurs. J'y ai retrouvé également ma "petite soeur" Antoinette (photos patros) qui vit actuellement en Afrique du Sud et qui, avec son agronome de mari, écume l'Afrique depuis plus de 20 ans

Christian (quitté Gougnies en 1976)
Par Catherine Maquet le dimanche 23 septembre 2007 à 21h31
SUPER!
Je suis heureuse de retrouver ses photos!
Super boulot!
Par Christelle le lundi 09 octobre 2006 à 19h11
Merci beaucoup à Gougnies.be pour toutes ces photos, ces souvenirs et les émotions que je ressents en les regardant avec Alain qui ne me reconnait pas toujours!...( on a tous beaucoup changé!..)
Par ludo le lundi 02 octobre 2006 à 21h43
très très bon dossier, que de souvenirs
Par Frédérike van Gyzegem le lundi 02 octobre 2006 à 18h38
c'est vrai, que de bons souvenirs. Il me semble que nous étions bien pratiquants à cette époque... comme quoi, la foi dépend parfois de beaucoup de plaisir pris ensemble !
merci Jean pour tes bons articles qui font revivre aux "vieux" de 40 à 50 ans les bons moments de leur jeunesse.
Toujours amicalement.
Par Gougnies le lundi 25 septembre 2006 à 07h57
Un noeud dans la gorge, je vous simplement:

MERCI
Par Christine Charlier le jeudi 21 septembre 2006 à 11h08
Que d'émotions en lisant ce texte et en voyant ces photos, encore merci.
Par Marie le mercredi 20 septembre 2006 à 23h32
C'est avec grand plaisir que j'ai parcouru le texte qui, indirectement, me rappelle beaucoup de bons souvenirs. Chanter et jouer avec la chorale me manque beaucoup. Je salue toutes les personnes avec qui j'ai partagé ces beaux moments.
Ajoutez un commentaire :
Conditions d'utilisation
Votre nom :

Votre commentaire :
retour en haut