-->
X
Lundi 29 mai
Nuageux
Temp Min : 18 °C
Temp Max : 31 °C
Inauguration de la potale à sainte Rolende au Bois de Scu

Le samedi 14 mai 2005, samedi de la Pentecôte, la compagnie de Gougnies s'est rendue à l'orée du Bois de Scu afin de rendre les honneurs lors de l'inauguration d'une potale à Sainte Rolende.

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Un tambour major et sa batterie dans les campagnes : rare à Gougnies. Photo Thérèse Charlier
Discours de Jacques Monnoyer, adjudant

Monsieur le bourgmestre,
Messieurs les échevins,
Messieurs les conseillers,
Monsieur le curé,
Madame le mambour,
Chers amis marcheurs,
Mesdames, messieurs,

Nombre d'entre nous se souviennent qu'autrefois était apposé au chêne Sainte Rolende ci - devant, un crucifix en métal.

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Il paraît même qu'il a été complètement absorbé par l'écorce de l'arbre (je n'ai personnellement pas eu l'occasion de vérifier !)

Il a été remplacé par une niche en bois contenant une statuette de notre sainte.

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

La dernière version de celle - ci était l'oeuvre de Monsieur Michel Joris de Fromiée.

Régulièrement les Gerpinnois, pour des raisons diverses éprouvent le besoin de se mettre en route et d'effectuer leur «Tour Sainte Rolende ».

C'est ainsi, il y a 2 ans, en pareille occasion, nous avons été surpris de constater la destruction de ce petit patrimoine.

Il faudra réparer !

L'idée fait son chemin, et décision est prise d'offrir aux pèlerins un monument plus apte à résister aux agressions du temps et de l'action malveillante des hommes.

Les autorisations sont alors demandées à l'administration communale et notre ami Francis Sodini, tailleur de pierres de son métier, se met à l'ouvrage pour confectionner et graver gracieusement cette chapelle.

Celle - ci rappellera aux pèlerins et promeneurs qui quittent Gougnies, la persistance d'un culte bien vivant à notre Sainte locale ; de même confions-lui à son regard la protection de notre beau village.

En cette année 2005, 60 ans après la libération des camps, nous en profitons également pour fêter nos anciens.

Ceux - ci de retour de captivité, fidèles à leur promesse et à leur Sainte, ont puisé dans leurs économies, pour perpétuer la tradition en remettant en route notre marche.

Ensemble, montrons-nous dignes d'eux et œuvrons à la rendre encore plus belle que jamais.

2005 est aussi une date clé pour notre pays qui fête ses 175 ans d'existence ; nous nous sentons d'autant plus concernés que notre drapeau de jeunesse, duquel nous sommes tellement fiers, porte les armoiries et les couleurs de la Belgique.

Avant de laisser la parole au Père Joseph, je tiens à remercier tout particulièrement notre ami Francis pour son travail réalisé, l'administration communale pour son soutien logistique, l'échevin des travaux et son service pour la réalisation de la dalle, le service de l'urbanisme pour ses recherches, et toutes les personnes qui, de près ou de loin, nous ont aidés afin de mener à bien notre projet.

J'appelle Francis afin qu'il dévoile son oeuvre...

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Francis Sodini dévoile la potale qu'il a réalisée. A gauche, Jacques Monnoyer. (Photos collection Jacques Monnoyer)

Plus tard, à la Salle des Fêtes

Mesdames, messieurs, chers amis marcheurs et sympathisants,

Merci d'avoir répondu si nombreux à notre invitation, mais avant de prendre ensemble le verre de l'amitié,
Je voudrais que l'on ait une pensée pour tous ceux qui, depuis 60 ans, ont œuvré pour perpétuer notre belle marche, et je voudrais mettre tout spécialement à l'honneur Fernand Looze et Robert Beaurain qui viennent de recevoir leur médaille de 80 participations à la procession Ste Rolende !,Tambour Rigodon !

Bonnes fêtes de Pentecôte à tous, vive la Sainte Rolende et à votre santé !

Texte rédigé par Jacques Monnoyer

retour en haut
Commentaires
Par jean le samedi 04 février 2006 à 16h45
Fernand Looze aujourd'hui nous a quittés.

Permettez-moi de me glisser dans cette boîte à commentaires pour rendre hommage à toute la conviction et au respect que Fernand manifestait à l'égard de nos traditions locales.

N'oublions pas qu'il fut, au lendemain de la guerre, un pilier de la reconstruction de l'édifice que nous connaissons.
Ajoutez un commentaire :
Conditions d'utilisation
Votre nom :

Votre commentaire :
retour en haut