X
Lundi 20 novembre
Pluie faible
Temp Min : 0 °C
Temp Max : 7 °C

Nous avons ouvert, grâce à notre ami Pol Soumillon, une chronique wallonne qui est alimentée chaque mois par un texte nouveau. Celui-ci sera ajouté en tête de rubrique. Bonne lecture ! Consultez également la page de Walon d'vant tout.
Dji voureus vos d'viser ...


Après l'ravèyons !

Bon èyèt adon lès cousses, comint c'qui ca a stî l'ravèyons ?
Bén dj'è nné l'doutance, vos avèz fé bombance ; bén mindjî, bén bu, bén fé l'fièsse.
Bon asteûre, tant pîre qui vos èstèz nauji, i faut tout rimète a s'place èyèt fé l'bagâdje.
Alèz lès omes, dji l'sé bén qui ci n'èst nén plaîjant, mins ni fèyèz nén in mwés visâdje èt ni fèyèz nén chènance d'awè mau vos boudènes ou bén vos tièsses, alèz boutèz in côp mwin a vos coumères èyèt sins bèz'né pasqui t'taleûr i va putète awè dès djins qui vont v'nî a vo maujo vos souwaîtè in djwèyeûx Nowé èyèt i faut qui tout fuche bén prope !
C'èst Madame qui l'a dit !
Bon oyi, dji l'sés bén, di timps a ôte lèyes ètou font chènances d'awè mau leûs tièsses èt, souvînt, nén au bon momint mins c'èst Nowé fèyèz in èfort.
Eyèt mi vos m'dîrèz !
Qwè mi !
Dji seûs è trin d'vos scrîre èt dji n'sés fé deûs afères au côp ... nén vré !
Mi feume, c'èst seûr, èle sé bén l'fé, lèye, deûs afères au côp ; fé l'bagâdje èyèt grignî après mi.
Oyi m'chèrîye dj'arive ! Alèz lès cousses, si dji n'vout nén awè l'bisbrouye dins mwin.nâdje èt si dji vou awèz ène ôte afère qu'ène tâye di pwin sètche pou mi din.ner i m'faut vos lèyi, i gn-a l'drap d'mwin qui m'ratind.
Mins d'vant d'en'n'aller fé mi d'vwâr, nos vos souwaîtons mi feume èyèt mi, in bon, eûreûs èt clapant Nowé.
Pol Soumillon


Lète a m' mésse ...

Audjoûrdu, timpe au matin, t'èsteus d'dja wôrs di t' lét, t'aprèsteus tès pakèts.
T'a prîs m' lache ...
Qui dj'èsteus binauje !
Ene pourmwin.nâde divant lès condjîs ...
Nos èstons st-èvoye è n-ôto ...
T'a arètè l'ôto dissus l' bôrd d' èl voye, l'uch s'a drouvu, ti m'a lanci in Baston ...
Dj'é couru après, dji l'é apici ...
Mins quand dji m'é r'toûrnè pou t' èl rapwârter, t'èsteus pètè èvoye !
Dj'é yeû peû, dj'èsteus mérseû, dj'é couru pa tout costès pou ti r'trouver, mins ça n'è valeut nén lès pwènes !
Djoû après djoû, dji d'vèneus di pus a pus mizérâbe.
In ome a v'nu asto d' mi, èyèt i m'a mètu dins-ène gayole.
C'èst rola, dins m' prîjon, qui dji t'é ratindu, mins ti n'a jamés v'nu ...
Li gayole s'a adrouvu ... Ci n'èsteus nén twè, c'èsteut l'ome qui m'aveut rascoudu ...
I m'a èmwin.nè dins ène place èyû ç' qui ça sinteut l' mwârt ...
M'n-eûre èsteut v'nûwe ...
Chér mésse, dji vou qu' ti seûche qui, maugré tout ç' qui ti m'a fé, c'èst t' visâdje qui dji vèyeut d'vant d' fé m' dérène bauye, èyèt c'èst viès twè qui dji r'toûn'reus, si dji p'leus r'vèni d'sus têre pasqui,

MI DJI T'VEYEUS VOLTI ...
Adaptation : Pol Soumillon
Voir la traduction

Ni rén fé ...

Li matin ètinde lès mouchons chufloter dins lès âbes.
Sayî di r'conèche li pièrot d'èl masindje, li feumèle ou bén l' maule.
R'wétî l' preumî rai d' solia nos moustrer l' poûssiêre qui danse lèdjère dins s'rai di lumiêre, fé r'lûre li dintèle dissus l' mantia d' èl tchèminéye, d'vant d' vèni nos fé dès doudoûces dissus no spale.
Tout djusse rèchu di s' lét, bén botè d'in tchaud abîyemint, d-aller a pîds dèscaus dins l'yèbe frèche èyèt rèspirer l'ér fris du matin.
Djèner dissus l' coû, avou trwès tâyes rostîyes, d' èl djaléye a gurzèles èyèt ène jate di boulant cafè.
R'nachî ène miyète dins l' wazon, côper deûs ou trwès cruwôs qui tèn'nut tièsse, rimète ène pîre a s'place, brouch'ter ène miyète li coû èyèt fé d' l'ér a ène fleûr qui stoufe pad'zous in bouchon, maugré qu'on sét bén qu'èle crèch'ra quand min.me, pasqui l' vîye trouve toudis s' voye.
Mindjî, pad'zous l' parasol, dès sârdines rostîyes, dès canadas cûts dins leû pèlate, ène grosse salâde di tomates avou dès olives, dès oûs cûts deûrs côpès a p'tits boukès, dès cârès d' fromâdje èyèt dès p'tits boukès d' lârd.
Si coutchî dissus l' tinre èyèt fris yèbe pou fé ène boune plandjêre a l'ombe d'in âbe qui vos tént au rcwè du solia, lès mwins pad'zous s' tièsse pou fé in coussin, èyèt choûtér l'après din.ner s'en'n'aller paujêr'mint.
Stinde lès linçoûs au solia coûtchant èyèt lès wétî si sceûre doûç'mint au vint qui s'a rèvèyi.
Mète in gros tricot d' lin.ne pou s' garanti d' èl gnût qui tché èyèt fini l' djoûrnéye achîds autoû d'ène tâbe avou trinte-deûs cautes, dès èbalâdjes di toutes sôtes, dès tièrces, dès cârès èyèt dès capots.
Fé lumer deûs, trwès tchandèles dins l' gnût pou z-achèver l' pârtîye.
Wétî flam'jî lès tchandèles è choûtant Glenn Miller ou bén Brel, chûvant s'n-umeûr.
C'èst ène djoûrnéye di paujêrtè. Eyèt c'èst pou bén râde ... Paciyince ...
Pol Soumillon
Voir la traduction

Mirake ...

In p'tit vèt baston, tout au d'pus trwès cintimètes d'èl tére a l'tièsse.
In milimète di laurdjeû, èyèt c'èst dins ç' pètit fèstu-la qu'èl vîye trouve si tch'mwin ; c'èst di d'la qu'èle crèche.
A l' coupète, mètûwe dissus l' pètit pîd, come ène courone dissus l' tièsse d'in èfant, ène vète boule picotéye di p'tits djanes pwints.
Eyèt tout autoû, come in blanc tutu di danseûse, lès quarante èyèt sakantes blankès éles qui frum'jîy'nut a l'brîje di mârs, lès pétâles.
Dj'é trouvè c' pètite blanke fleûr dins li spèsse yèbe di m'djârdin.
Ele èsteut promèsse a l'plouve di l'âriére-sézon, in èspwêr dins lès broûs di décimbe èyèt, sins brût, èle a crèchu pad'zous lès nîves di janvier.
Fèvri l'a mètûwe au monde èyèt li v'ci bén vikante au preumî matin di mârs.
" Bellis perennis " n'a nén ratindu Pauques pou s'moustrer a mès îs asbleuwis.
Adon, dji ni lom'ré nén " pâquèrette " ou bén " pâquèrolle " mins " marguèrite dès pachis ".
C'èst m'preumiêre fleûr di l'anéye.
In p'tit pléji qui l'bon timps nos fé, come in dwègt d'pausse scrotéye dins l'plat d'vant qu'on n'cûje lès waufes.
Li fièr d'èl fau n'èl côp'ra nén, èle ni s'ra nén spotchîye pa in solé ; i gn'a qui l'mwin d'in èfant qui li r'satch'ra doûç'mint d'èl tére pou l'ofri a s'maman.
Pou mi, in pèchon èst-in pus grand mirake qui l'pus grand èyèt l'pus bia dès batias ; pou mi ène aronde èst-in bén pus grand mirake qui l'pus fèle dès aviyons ; èyèt pou mi ci p'tite marguèrite èst-in pus grand mirake qui toutes lès mérs lès pus tchaudes èchènes.
Pol Soumillon
Voir la traduction

Bon timps ...

Li cénq di fèvri, a stî pou mi, li min.me qui tous les ôtes djoûs.
L'éreû èsteut mwins' ramouyi qui lès céns di d'vant èyèt lèyeut vîr sakants nuwâdjes avou dès couleûs djane èyèt ôr, mins rén ni moustreut qu'in candj'mint d' sézon aleut advèni.
C'èsteut in matin d'iviêr come tous l's-ôtes, èyèt d'iviêr s'rît l' chûvant èyèt co lès céns d'après.
Adon, dj'é nn-alè a m'n-ouvrâdje, come a l'abitude, avou m'n-èchârpe èyèt m' grosse djaquète.
Avou dès érs d'in ome èdjalè, dès boubounes di Valda dins m' gaudje potche èyèt dès mouchwès è papî dins l' cène di drwète.
D'vant d' machîde a m' bûrô dj'aveus d'dja mindjî deûs ou trwès boubounes èyèt man.ni ostant d' mouchwès d' potche.
Au r'cwè dins m' bûrô a l' vile, dj'é vèyu, c'èst vré, d' èl lumiêre, du solia èyèt min.me sakantès djon.nès fîyes vrémint né fwârt abiyîes qui s' pourmwin.nîs dins l' vile.
Mins l'ècran di m'n-ôrdinateûr ni r'lûjeut né d'pus qui l' djoû di d'vant èyèt i gn-aveut rén qui m' doneut dins l'idéye di rastrinde li tchaufâdje ni d'adrouvu l' fènièsse.
Sins fé chènance di rén, dj'é rèvè di brayes di tchat, di fréjes, di tchau cûte d'sus l' grèyî èyèt d'in bon vére d'vant d' din.ner, èco di crin.mes a la glace.
Mins ci n'èsteut, maleûreûs'mint qui dès imâdjes râd'mint rafacéyes, p'tites inviyes rad'mint rafacèyes pa l'rèyalitè di m'n-ouvrâdje.
Dj'aveus pus râde dandji d'ène boune grosse soupe bén boulante èyèt di canadas bén tchauds qui vos r'tchauf'nut l'in-d'dins.
L'après-din.ner s'a stindu, come naujîe, avou lès min.mès rûjes èyèt leûs solutions come a l'abitude.
Ele s'a achèvè sins surprîje èyèt dj'é r'mètu m' djaquète, avou dèdja dins l' tièsse l'idéye du bon souper qui m' ratindeut è compagnîye di sakants cousses qui vènîs mindjî avou nos-ôtes.
Quand dj'é rèchu pa l'uch d'intréye, qu'èsteut d'vènûwe l' cène d' èl sôrtîye pou l'ocâsion, dj'é r'sinti qu'ène saqwè saveut passè.
Mins qwè ? Dj'é d'vu rèminer sakants sègondes pou m' rinde compte qu'i fèyeut clér, né co vrémint clér, mins pus clér quand min.me, çoula c'èsteut seûr.
Dj'é yeû in p'tit sourire : dissus l' voye du bon timps, li pus deûr èsteut fé...
Pol Soumillon
Voir la traduction

Cafè ...

Rintrer d'awè stî fé sakants ridâdjes au djârdin avou lès èfants, triyanant d'freud, lès dwègts èyèt lès ôrtias èdjèlès, dès crèvôdes aus lèpes, li nèz roudje, lès machèles èfeuwéyes èyèt l'in d'dins qui frum'jîye.
R'satchî s'grosse djaquète bén tchaude, mins aurder, in momint, li spès tricot è lin.ne " fé a l'mwin ", lès mwins èyèt lès pîds libèrès li pus râde possibe pou lès r'tchaufer dissus l'bôrd di l'istûve.
Après sakants minutes, lès pîds dins lès pantoufes, mète di l'eûwe dins ène pètite cafière italiyène, pwis, sins couri, mète li cafè dins l' pètite passète qui va avou ; r'sèrer dissus tout li boukè qu'on mèt pad'zeûs, mète dissus l' feu èyèt ratinde.
Sakants minutes pus taurd, ètinde li doûce musique di l'eûwe boulante qui passe èyèt sinti l' boune vènéye du cafè.
R'satchî li cafière di l'istûve, chwèsi ène boune jate è porcelin.ne, mète deûs boukès di suke candi (èyèt ène miyète di lacia pou l' cén qui vout, mins pou mi c'èst tout nwêr).
Apicî li mantche d'èl cafière, vûdî paujèr'mint l'cafè boulant dissus lès boukès d'suke è r'lèvant l'cafière pou qui l' vènéye du cafè èyèt du suke qui s' coumèl'nut vène vos cakîyî lès narènes.
Rimpli li jate au trwès quârt.
Paujère, avou in culî, machî l'cafè èyèt l' suke (èyèt putète li lacia) ; Quand c'èst prèsse mète li culî dissus l' tâbe èyèt mète li jate pad'zous s'néz è lèyant monter l'tchaleû du cafè viès s' visadje.
Du d'bout dès lèpes, li linwe au r'cwè, bwêre in p'tit côp d'cafè boulant, li lèyî ène miyète dins s' bouche d'vant d' l'avaler, pou profiter di s' boune tchaleû.
Bwêre toute li jate a p'tits gôrdjons, li r'mète dissus l'tâbe èyèt sèrer lès îs pou aurder li pus longtimps possibe dins l' trèfond d' li-min.me li bouneûr d'awè bu in vré cafè !
Pol Soumillon
Voir la traduction

Vos con'chèz çu qui l'freud d'canârd nos amwin.ne di bén ?

V'ci sakantès idèyes pou vos fé rèminer :

- Pa in freud d' canârd, i gn-a pont di picrons pou nos fé aradjî t't-au long d'èl gnût :
- Pa in freud d' canârd, vos p'lèz rèchu du boutique avou du mindjî èdjalè, li mète dins l'ôto èyèt d-aler vos pourmwin.ner sins awè peû qui ça disdjale :
- Pa in freud d' canârd, vos p'lèz rouviyî di mète vo satche a bèrnates dissus l' voye, èle dimèr'ront bén ène samwin.ne di pus a ratinde, èles ni pouront mau di sinti mwés :
- Pa in freud d' canârd, l'yèbe ni poûsse nén, èyèt nulu ni vénra vos dîre qu'i faureut l' côper :
- Pa in freud d' canârd, vos p'lèz bwêre ène chuflotine ou bén fé ène bistouye, on n' vos pèrdra nén pou ène sôléye:
- Pa in freud d' canârd, vos p'lèz router dins l' coron sins awè peû d' vos fé aroker pa lès aradjis dès toûrnants côpès ;
is n' vèye'nut nén voltî li nîve èyèt l'nwârglas :
- Pa in freud d' canârd, on pout bén rouviyî di mète d' èl bîre ou bén du blanc vin dins l' frigo d'vant d' èl bwêre avou sès cousses, ça s'ra quand min.me bén fris' è r'montant d' èl cauve :
- Pa in freud d' canârd, on pout s' pourmwin.ner au bos sins awè peû di s'fé èvoyî è l'ér pa in ravèyi qui mwin.ne in VTT , lès céns qui rèch'nut a l'iviêr sav'nut bén fé du vélo :
- Pa in freud d' canârd, nén dandji di dèsgârciner sès liards a l' patinwêre, on pout rider tout a s'n-auje a l'câriêre d'a costè.

Eyèt vous, vos è wèyèz d's'ôtes ?
Pol Soumillon
Voir la traduction

Vos vèyéz voltî li brouyârd ?

Mi oyi ! Mins bén seûr nén quand dji mwin.ne mi n-ôto, adon qui l'voye, dèdja malaujîye quand i gn'a du solia, divént vrémint dandjèreûse.
Min pour l'cén qui s'pourmwin.ne paujèr'mint, li breume min.me bén spèsse n'èst nén fwârt anoyeûse, djusse ène nouvèle afêre dins l'décôr qui faut mèstrijî èyèt min.me li vèye voltî.
Li brouyârd c'èst-ène miyète come in nuwâje majique stindu dissus lès imâdjes di tous les djoûs.
Vos n'èstèz nén co rèchu d' vo maujo èyèt v'la d'dja vos abitudes candjîyes.
Li tch'mwin qui vos pinsîz conèche come li fond d' vos potches si disface tout d'in côp a mwins' di cénquante mètes.
Sayèz d' vos souv'ni d'èl couleû dès fènièsses di ç'maujo-ci ou bén di ç't-èle-la ....
Nén t-ossi aujîye qu'on l' pins'reut.
I faut yèsse bran.mint pus près pou vèye come i faut.
Téns, lès volèts d' èl maujo du cwin sont bleû foncè ... Dj'aureus gadjî qu'is èstîs vèt boutâye !
Deûs djins èyèt in tchén vèn'neut viès mi di l'ôte costè du tch'mwin ...
C'èst putète lès vijins qui rintèr'nut di leû pourmwin.nâde ?
Non, is m'ont l'ér trop grands èyèt l' bièsse trop p'tite.
Is aproch'nut, dji pinse adviner in tchapia dissus l' tièsse di l'ome.
I m'chène qui c'èst Yves ... Lès v'la tout djusse asto d'mi ... Nén djusse, c'èst d'Jean, dji n'saveus nén qu'i l'aveut in tchén ; l'èst vré qu'i m'chène tout djon.ne, is vèn'nut putète di l'adopter.
V'la l' cariêre èyèt ène miyète pus lon li bos, li breume si stind come in sôrtilèdje au d'zeûs d'èl nwêre eûwe; on n' vwèt wére lès "motes" dins l'brouyârd.
Dji m'èfonce a grandes asdjambléyes dins c'monde di paujèr'té, d'ombe èyèt di mistéres...
Si dji rèche d' èl pîssinte qui côpe li bos du Scu, dj'é peû di m' piède.
Dimwin, tout s'ra r'div'nu come divant, a paurt l'av'nîr qui aur'dra toudis sès s'crèts.
Pol Soumillon


Voir la traduction


Feume di rève ...

Ene feume djwèyeûse, bén av'nante, sins façon, futèye, avou dès longuès djambes, li taye fine, abiyîe avou in bia tayeûr ou bén ène pètite cote ; èyèt pad'zous tout çoula, dès d'zous a vos fé freum'jî.
Mi feume va crwêre qui dji d'vise di lèye ... Mins non fé m'chèrîye, vos èstèz mia qu'ça.
Cu qu' dji vént di scrîre, c'èst l' rèsultat d'in sondâdje fé pa l'IFOP, pou fé in pôrtrét d'ène feume al lècsion.
Malaujîye pou lès djon.nes omes (ou bén pou lès omes marîyès qui voul'nut candjî d'coumères ... mins oyi, vos savèz, come in club di foot candje d'ètrin.neû ...) ci coumère-la ni court nén lès vôyes.
D'ayeûrs, d'après c'qui dji sés, on rèscontère bran.mint d'coumères riyôtes, ou bén av'nantes, ou bén droles, ou bén dès futèyes, ou bén stampèye dissus dès longuès djambes, ou bén avou ène taye fine, ou bén avou dès bèlès loques, ou avou dès d'zous a z-assatchî lès marous, mins li tout èchène c'èst bran.mint pus malauji a trouvèz èyèt li totale impossibe.
Dès keûdeûses, dès djolîyes nén fwârt malène, dès lèdes qu'ont dè l'tièsse èyèt dès "cache a liards" qui sav'neut z-î fé, on è trouve pa t't-avau lès tch'mwins èyèt lès grands places.
Dès fiyes qui r'chèn'neut au sondâdje, on n'è rèscontère nén bran.mint.
R'mârkèz qui c'coumère di rève n'a nén bran.mint d'intèrèt.
Li feume al lècsion, c'èst bén l'cène qui vos fé frum'jî dè l'tièsse aus pîds è passant pa dès indrwèts bran.mint pus boulants èyèt qui sét aurder çoula t't-au long dès anèyes.
On s'è fou qu'èle fuche bén djolîye ou lède, futèye ou bén baloûje, grosse ou bén avou li taye fine, bén prope dissus lèye ou bén mau stitchîye.
c'èst l'rèsultat qui compte èyèt aupreume qu'on s'vèye voltî ...
Pol Soumillon
Voir la traduction


Capucin

Sakants côps d' piyoche èyèt di scoupe dins l'fond du djârdin, nén d'pus d' dî minutes pou fé l'fosse, pasqui l'tére èsteut mole èyèt plin.ne d'eûwe.
Dins l'fond du trô, dins l'ârzîye èyèt lès cayôs, nos avons mètu Capucin èdwarmu pou toudis dins s'linçoû di fôrtune.
Asto d'li, ène pètite fleûr di tindrèsse èyèt pad'zeûs, dèl'tére pou l' rascouvru èyèt garanti si r'pôs.
D'vant qui dj'achève di sèrér l'tombe, mi fîye a pikî ène rôse dins l'tère rindûwe pus lèdjêre.
Li roudje fleûr dèl'souv'nance èyèt di l'amoûr dimèr'ra sakants djoûs pad'zeûs lès fouyes qui sièrv'neut di monumint a Capucin.
Tèrmètant qui dji r'mèteus lès ostis dins l'cauve, l' pètite, lès lârmes plin lès îs, èst d'mèréye longtimps sins rén dîre, a gngnou asto du p'tit moncia d'tère èyèt d'fouyes.
Dji pinse qu'èle priyeut a s'môde.
Mi dj'é èvoyî ène pètite pinséye a Capucin.
Capucin c'èsteut in blanc lapén; vènu deûs ans d'vant, li djoû d'sès ans, pètite blanke èyèt doûce boule di pwèys.
I l'èst st'èvoye sins rén dîre; in djoû au gnût, d'vant d-aler coûtchî èle s'a aprochi di Capucin avou ène carote, Capucin n'a nén boudji, lès lârmes ont couru longtimps.
Li lèd'mwin, èle m'a d'visè d'in rève èyû li p'tit rondjeû djouweut d'sus in nuwâdje avou "plin di blancs lapéns".
Ele a putète réson ?
Alèz-è savwè eyû ç' qui toutes cès p'tites bièsses-la s'èvont, pètites bièsses qui pou sakants grin.nes èyèt sakants boukès di cèlèris don'neut tindrèsses èyèt d'èl'présince aus èfants.
Est ç'qui ça s'reut bièsse di leû d'ner in au-d'la libe èyèt paujêre ?
Ele ni bré pus è sondjant a Capucin, mins èle n'èl'rouvyî'ra jamés, èle li mètra dins in p'tit cwin di s'keûr dissus in tch'mwin plin d' bouneûrs pus fwârts èyèt dès pwènes pus fwartes.
Quand èle lèv'ra lès îs au cièl, lès blancs nuwâdjes lyî f'ront toudis sondjî a s'pètit camarâde qui a pârtadji avou lèye in p'tit momint di s'vikériye.
Pol Soumillon
Voir la traduction


Pourcia

Vos n'èstèz nén sins sawè qui dins chake ome i gn-a in pourcia qui sokîye, i gn-a min.me qui dîj'nut qu'amon lès feumes i n'sokîye nén, i si skeût èyèt nén doûç'mint ...
Mins ci n'èst nén di çoula qui dji vou vos d'viser, ni v'nèz nén vos fé dès idéyes ...
Dji n'vou nén vos fé in discoûrs dissus li libido di l'ome mins pus râde dissus l'cène du pourcia.
I gn-a dès docteûrs pou lès bièsses, dès Swisse, qui lès ont studîyés, èyèt vos d'vèz sawè qui n' leû done pupont d'farène di bièsses, Bén oyi a côse d'èl maladîye d'èl vatche fole (djè nn'é l'doutance ...).
On n'rifè nén l'istwêre, mins vous avèz l'souv'nance qui lès bièsses a cwanes anglèsses ont pièrdu l'boule après awè mindji d'èl farène di bèdos qu'avîs atrapès l'balzin.
Pou n'nén awè li min.me afêre èyèt pou n'nén fé ène nouvèle mènéye du "sot pourcia", dèdja qui s'atrap'nut l'fîve du pourcia, i leûs ont donè, à s'fé pèter, du soja (ouille, d'jé l'èspwêr qui ça n'èst nén transgénique).
Eyèt v'la qui cès charmantes bièsses-la, conûwes di d'lon pou leû atirance costè kèkète, sont d'vènûwes nâreûses di s'costè là.
Lès troûyes ni sont pus è tchaleû èyèt çoula ni fé nén d'èl pwène ausès maules qui n'lès vèy'nut pus vôlti.
Di d'la à coumachî anter èyèt mindjî d'èl tchaud, y gn-a qu'in pas qui m'boutchî f'reut sins balziner.
Qwè pinsér di toute ci paskèyes-la ?
Pasqui vèyèz, di qwè s'qui vike'nut lès céns qui font crèche èyèt acrach'nut, lès pourcias ?
D'èl vinte d èl tchaud bén seûr !
Is ont dandji d'nos fé acrwêre qui pou yèsse in bia maule i nos faut mindjî ène bèle assiète di tchaud d'pourcia, pâtè, grogne, djambon ...
Mins adon franch'mint, qué coumère s'ra assèz inocène pou crwêre qu'èle va assatchî in bia maule avou ... in boudin ...
Pol Soumillon

Voir la traduction


Come amon lès Ch'tîs, dj'é bré ...

Li djeudi di l'Acinsion, in tamboûr-majôr, avou in keûr sinsibe come ène pia d'timbe, a v'nu bwêre ène boutâye di champagne avou mi ...
I gn-aveut vint ans qu'i r'sinteut lès min.mes émôcions. On s'èst compris ...
Dj'é bré ...
Li dimègne, dji m'é mètu dins l'pia di m'cousse Claude (i gn-a dè l'place), èyèt dj'é frum'jî avou lès preumîs "ra" dès tamboûrs ...
Dj'é bré ...
Li gnût, dj'é vèyu passer li compagnîye èyèt dins lès sapeûrs, lès deûs pus p'tits c'èsteut mès p'tits-fis ...
Dj'é bré ...
Al prîje du drapia, dj'é an.mirè li clapante riprésintacion dès vrés mârtcheûs avou toute li dignitè èyèt li crwèyance qui fé di Gougnies in ègzimpe riconu pa tèrtous ...
Dj'é bré ...
Djusse après li sonerîye di trompète da Bernard Nicolas, li canon d'nos ârtiyeûs a fé triyaner li paujèr'té d'in vilâdje pad'zous li biatè d'sès coutumes ...
Dj'é bré ...
Achîd au solia, dj'é choûtè lès musikes di nos cousses qui djouwît lès érs di l'Intrè Sambe èt Meûse, c'èsteut bia ...
Dj'é bré ...
Après l' rintréye, quand l' Châsse s'è va d'no vilâdje, dj'é v'lu aurder dîs sègondes di pus li cène qui dji vénêre dispûs pus d'cénquante-cinq ans, èyèt in-inocint m'a r'satchi è r'beûlant "non". Co eûreûs qu'in adjudant di Gougnies a vèyu l'afêre èyèt m'a boutè in côp d'mwin pou m'mète pad'zous li reliquaire; putète pinseut-i qui dji v'leus li scroter ! Dj'é bèni m'bia-frére, l'adjudant ...
Dj'é bré ...
Li mârdi, quand on r'mèt lès mèdâyes, lès èfants di l'iscole ont clatchî dins leûs mwins pou yin d'leûs p'tits camarâdes ... Bravô lès mésses di l'isocle, vos avèz compris, dji vos rabrèsse èyèt vos savèz qui ...
Dj'é bré ...
In cousse di Chouzé dimèreut a m'maujo (yin qui fé du vén, ha ha ha), èyèt quand i l'a lèyi la l' p'loton dès sapeûrs pou rintrer dins s' payis, l'Indre-et-Loire, i gn-aveut dins s' bwèsse, qui aurde freud, dès vitoulèts èyèt dè l' taute au suke. Dji l'é r'wétî nn'aller èyèt ...
Dj'é bré ...
Eyèt asteûre, dji vos scrît pou pârtadjî avou vous çu qui m' keûr di mârtcheû r'sint, èyèt "plitch" ça tché dissus m' bûrau ... dji bré ...
Texte original de Jean Marcelle - Adaptation wallonne Pol Soumillon
Voir la traduction


AVRI ...

Avri si stind, avri chène long, avri èst naujî dès p'tits freuds matins èyèt dès après din.ner pèsant avou lès fèniesses du bûrau qui lèye'nut rintrer lès tchauds rais du solia asbleuwichant.
Avri s'èdwa dins sès swèréyes co fris' mins dèdja bén clères èyèt l'roudje cèke du coûtchant qui si stind dissus lès pachis èyèt lès campagnes tèrmétant qui d'l'ôte costè crèche li blanc rond d'èle plin.ne leune.
Li vilâdje ni sét nén chwèsi intrè li freud èyèt li lumiêre, intrè lès djolîyes fîyes abiyîes come pou lès vacances, moustrant leûs blankes sipales èyèt lès vîyès coumères abiyîes come pou s'garanti dès djalèyes di fèvri.
Li cornèt d'crin.me a l' glace n'a nén co prit l'place d'èle waufe tchaude èyèt l'boulant cafè qui ont toudis leûs pratikes.
Intrè lin.ne èyèt coton, avri s'èware di s' bia cièl tout bleû, èyû ç'qu'èle si muche li plouve du bon timps, qui r'donereut dè l' fwârce aus pachis èt ausès âbes fwîtiérs.
Avri èst strindu, li plouve s'ra-t-èle pou l'èsté ?
Avri court dins les p'tites rûwes, lès tch'mwins du coron, lès pîssintes, sus lès tch'mwins di halâdje, lès pourmwin.neus èyèt lès vélos r'vèn'nut come dès boukèts plins d' couleûs.
Avri lîve sès preumiêres bales, pètites blankes goutes di bon timps pad'zeûs lès clotchîs, lès tapeûs lès rèvoy'nut viès l'trapéze èyu ç' qui lès passeûs
lès apice'nut come dès fwîts co vèt'.
Avri s'ratinri, lès canârds r'cach'nut après lès canes, lès tchats après lès tchates, lès pèchons après leûs p'tites amîyes pèchons, lès gârçons après
lès fîyes, i gn'a d'èle fîve èt ça frum'jîye dins l'èr.
Padrî in cèrijî caflori, mai ratind s' n-eûre, paujêre, seûr di li.
Dins sakants djoûs, li timps s'mètra ausès passe-rôzes, lès pias vont breuni èyèt lès djârdins sintiront bon li tchau rostîye ...

Pol Soumillon
Voir la traduction


Ratinde

Vos avèz dèdja ratindu trwès quârts d'eûre dins ène file sèrèe, mins paujêre avou pou dèstinèye, au d'bout du voyadje d'in désêrt "plin djins", li toûrnikèt vèdète di Walibi, Disneyland ou bén di Bellewaerde ?
Drôle di résumè d'èle vikériye !
On y rèscontre, on èst à costè di bran.mint d' djins qui n'ont qu'ène min'me idèye.
Mins bran.mint d'mèront toudis dès djins qu'on n'con'chra jamés.
On sondj'ra à leû vikériye, leûs bia èyèt leûs mwés costès rén qu'en r'wétant leû visadje, leû alure èyèt leû môde di d'mèrer paujêre.
A mwins qu'on fasse chènance di n'nén lès vîr.
Pacôps, maugrè çoula, on f'ra con'chance; si li cén qui èst à costè d'vous èst blonde, djoliye, lès lèpes pulpeuses, li pwètrine jènèreûse èyèt li r'gârd tossi bleû qu'on poureut s'noyî d'dins.
Après in r'gârd, èn' risèye, sakantès frâzes qui s'ront putète li cominç'mint d'in discandje d'adrèsse èyèt l'cominç'mint d'ène con'chance qui poureut div'nu du sintimint (co d'pus putète).
Tous cès djins qui pestèl'neut dins l' min'me dirècsion pèt'neut èvoye dins tous lès sins pa l' majîye dès coridôrs fé pâr dès griles ou bén simplèmint dès cwades qui font chèn'nance di lès fé èn'naler di tout lès costès adon qui lès raploûr'neut.
Téns, li djon.ne fîye qu'esteut djusse à costè d'mi t'taleûre; y gn'aveut qui cénq cintimètes intre nos' ôtes deûs quand nos nos avons crwèsés dins l'file; asteûre dji l'vwè rola dins l'fond, mins toudis dins l' min'me sins.
Téns, l'file avance di sakants mètes.
Ele èst enn'alée amon l'ké d'èbarkèment su l'timps qu'mi dji ratind toudis, èyèt asteûre, ça m'chène bran.mint pu long !
Tèrtous nos èn'nalons tout doûc'mint mins seûr'mint èvié l'min'me destinèye.
Lès tricheus (y gn'a toudis) grip'neut au d'zeu dès griles pou ariver pu râde ; i n'sav'neut nén qui l'vré pléjî, li vréye réson di vikér èst dins l'atinde èyèt nén dins l' fén.
Au d'bout du voyadje i gn'a l'fén èyèt l'flèche moustrant li sôrtîye.
Allèr, nos nos rèscontèr'rons di l'ôte costè du murwârt ...

Pol Soumillon
Voir la traduction


Mès ouys

Vos èstèz priyi d' vos présinter amon l' docteûr, li...
Li p'tit vèt cârton, tout bladjot, aveut assatchi m'n-atincion.
Rinsègnemints pris, ci n'èsteut qu'ène visite pou lès ouys. Dji n'ritrouv'ré nén lès droles di sinsations di l'iscole èyèt du "P'tit Tchèstia".
Dji sondjeus, maugrè tout, mérseû dins l' sale èyu ç' qu'on ratind chakin s'toûr, avou deûs, trwès tchèyêres vûdes pou compagnîye, èyèt ène dèvisse stoufîye padrî l'uch. Dj'aveus l' souv'nance dès gamins a l' keuwe-leû-leû, li mantche drwète dè l' tchimîje rimontéye pou r'cèwè li "cuti-réation" qui fèyeut peû a tous lès èfants, mins mi, ça m' lèyeut paujêre.
Dj'aveus ossi l' souv'nance dè l' boudène a l'ér, plaquéye dissus l'aparèy pou fé dès radios èyèt l' displéjante vwès di l'infurmiêre qui dijeut :" nén rèspirer, nén boudjî... au chûvant!"
Come Brel dijeut, tous lès chûvants dè l' tére dèvris s' doner l' mwin.
Adon, dji seûs l' chûvant d'ène saquî, d'vant yèsse li chûvant d'in ôte.
Quand m' toûr èst-arivè, dj'é mètu mès ouys pad'vant l' machine, fini l'timps èyû ç' qu'ène infurmiêre avou s' blanc cindré, di l'ôte costè dè l'place, vos moustreut, avou ène grande baguète, lès lètes qui èstîs s'crites dissus ène twèle.
Asteure, i gn-a pus qu'a claper sès ouys dissus ène sôte di grosse bèrique élèctronique.
Dji n' seûs nén sbarè pa tout çoula, pasqui nos savons bén qui l' tèc'nique moderne nos oblidje a chûre si lwè.
Dj'èsteus pus râde rapauji quand dj'é rèchu di d'la : Vî cousse, vî cousse dji n'é rén a mès ouys... Li côp qui vént c'èst pou deûs mile quatôze.
Dj'é co bén l'timps ...

Pol Soumillon

Voir la traduction


Freud matin

I fé freud. Li djaléye dissus lès câraus dès ôtos èst malaujîye a fé nn'aller.
Lès dwègts sont st-agnis pa l' bîje t-ossi râde qu'on lès r'satches wôrs dès gants d'cûr avou dè l'pia d'bèdo è l'in-d'dins.
Li matin èst-ossi blanc qu'in mwârt.
Li coron èst paujêre, sins brût, rén n' boudje, come si li mirake di Nowé èsteut, di ç'côp-ci li cén du timps èyèt dès chôses qui n' boudj'nut pus.
Dji route dins lès rûwes djaléyes, on n'vwèt nulu, on dîreut qu'i gn'a pus yin qui vike, mins arivèz ad'lé l' cauve du boulèdjî, on ètind li p'tit ronron d'in foûr a pwins. Dins ène eûre, i drouvrira l'uche di s' boutique rimplîye di tautes, di gatôs èyèt d'bûches di Nowé.
Li solia moustère li bètchète di s'néz au lèvant, blanc, mins ène miyète djane ètou.
Li lumière qui vént r'lètchî lès twèts, mètreut aus andjes li pus malauji dès fèyeûs d'pôrtréts.
Eyèt, roci, li pachi rascouvru d'ène fine blanke nape, f'reut pléji a Van Gogh, come li campagne d'Auvers dins lès "Aurores douces de juin" lyî a fé pléji.
I gn-a rén d' pus lon dès feus dè l'sint Djan qui l' bîje di Nowé, mins lès "solstices" maugrè tout, si r'chèn'nut avou lès min.mès fîves di trop èyèt d'absolu.
Lon di d'ci, di l'ôte costè dè l'tére, on fièsse li v'nûwe di l'èstè.
Dès fîyes (djolîyes, bén seûr) è p'tite tènûwe si stind'neut dissus l'sauvlon di Bahia, di Sidney.
Ene myète pus lon, au crwèj'mint, in ome dwa dins ène cayute èyû ç'qu'on ratind l'ôtobus, raboulotè dissus l'banc trop strwèt, muchi pad'zous dès bwèsses è cârtons.
A tére, ène boutâye, vûde, di nouvia beaujolais èyèt in cârton d'pizza, çu qu'i d'mère di si r'pas d'Nowé.
Ene bèle ôto arive èyèt arète djusse pad'vant li, ène djon.ne coumére, abiyîe avou dès bèlès loques, è diskind èyèt va asto du dwârmeû ; èle lyî chuch'lote ène saqwè.
I s'ravèye èyèt l'chût dins s'n-ôto, is s'è vont viès l'djoû qui crèche doûç'mint.
C'èst çoula ètou li majîye di Nowé ...

Pol Soumillon

Voir la traduction


GSM

In camarâde m'a pôsè ène drole di question : Est ç'qui t'vwès voltî li GSM ou bén èst ç'qui ti l'vwès èvi ?
Pou tout vos dîre, dji n'aveus jamés sondji à çoula, pasqui dji n'è vwès nén l'urgence.
Pou cominçî, faut-i yèsse d'acôrd ou conte lès nouvèles tech'niques a l'dérène môde qui no monde fé ?
Eyèt di pus, faut-i awè ène idèye dissus tout ?
E n'in mot, pou z'è r'véni à no n-afère, dji n'è nn'é pont (d'idèye) èyèt dji seûs d'acôrd avou mi min.me !
Mins d'jé quand min.me rèminè à çoula (ène sadju) : Est ç'qui dji s'reus pus binauje si Papa Nowé mètreut in tèlèfone sins filè dins mès p'tits solés ?
Bof ! Dji m'pourmwin'reut putète li coeûr pus paujêre dins lès bos d'Gougnies; si dji mi skète ène saqwè ou bén si dji tché dins lès boulîyes, dji saureus toudis criyî après ène saquî pou qu'on vène mi bouter in côp d'mwin. (Mins come dji n'é jamés yeû peû d'tout çoula, li gan.gne ni s'reut qu'dins m'tièsse).
Eyèt qui du contrére, ci djindjole-la pèrmètreut à in moncia d'sôlants èyèt di skèteûs d'pîds di toutes lès sôtes di m'disrindjî èyû ç'qui s'fuche, dès pîssintes lès pu r'culès ausès brès di m'coumère.
Mins c'èst co bén vré qu'on pou lès distinde cès p'tites afêres-la. In bon pwint adon.
Cu qui vou dîre qui l'GSM pou yèsse, come tous lès ostis d'asteûres, li mèyeûse come li pîre dès afêres ; ci n'èst nén lès ôtos, li tèlèvizion, l'ordinâteûr, lès rèclames ou bén l'tèlèfone sins filè qui sont mwés enawères, mins comint ç'qu'on s'è sièrve.
Boune afêre si l'GSM du docteûr fé qui rèsponde dissus l'côp èyèt qu'i scape li vîye dès djins èyèt domâdje pou l'cé qui s'è sièrve pou fé d'lèsbroufe èyèt couru après lès coumères.
Dins sakants anèyes, i s'ra d'vènu t-ossi ordinêre qu'in tèlèfone avou in filè èyèt nulu ni s'pôs'ra pu ç'bièsse question-la qui n'a yeû qui l'mèrite d'assatchî, dji l'èspère, vo n'intèrèt sakants minutes.
Dji vos r'mèrcîye di vo n'atincion !


Pol Soumillon
Voir la traduction


L'âbe ...

Pasqui nos d'visons l'françès, nos cachons voltî nos racènes dins l'cultûre latine come si lès Nerviens ou bén lès Aduatiques avît d'visè li latin.
Dins l'min.me eûwe, pasqui no pays a aurdè lès mârkes du christianisme, i nos arive souvint di prinde pou l'nosse li mythologiye juive, come si Adam, Eve ou bén Noé s'rît lès tayons di nos sondjâdjes.
Eyèt si on cacheut pus râde du costè dè l' cultûre celtique ?
Nos apèrdrons qui l'âbe èsteut l'preumière imâdje dè l' vîkériye.
Insi lès mwès di l'anèye; trèze come lès leunes, pôrtît tèrtous li no d'in âbe.
Li preûmi si lomeut Beth, li bôlî, èyèt cominceut aus alintoûs du vint-quate di décimbe; li dérin, Ruis, li sèyu, finicheut quarante-wit eûres divant li r'toûr di Beth, pasqui gn'aveut in djoû mwârt, pou in If qui, li, èsteut l'djoû dè l'nouvèle anèye celte. Li bon timps, cominceut li dî-sèt di mârs èyet, adon, c'èsteut li momint du frane.
L'âbe chwèsi come symbole dè l'vîye pau peûpe celte, chwèsi, étou pa lès indiyins di l'Amazonie, qui è tir'nut leû gan.gnâdje.
L'âbe, fôrmidâbe machine qui candje l'eûwe èyèt li lumiêre pou fé du bos, dès fouyes èyet dès fwîts, d'ôtes dès plantches, du bos d'tchaufâdje.
I m'asbleuwi ostant pa s'biaté qui pa si n-utilitè ; pèrdèz ène tère avou rén d'sus, mau av'nante, planèz-î in âbe, èle divènra, t-ossi râde, bén av'nante.
Comint vikér sins l'âbe ? Comint din'ner au djârdin au mwès d'julèt, è plin solia, sins s'n-ombrâdje pou nos garanti dès rais trop brûlant du solia.
Comint yèsse asbleuwi dès couleûs du bon timps sins li sclat du djoli-bwès èyèt du magnolias ?
Comint stinde sès linçoûs a sètchî au vint d'mey sins li coupe di pronîs èyû ç'qu'on a aloyi ène cwade intrè zèls deûs ?
Comint satchî lès pénalties sins lès baronîs qui sièrv'nut di câde a in but sorti di no n-imadjinâcion dins l'coû di l'iscole ?
Comint s'muchî pou vîr abouler lès in.n'mis sins li tchin.ne èyû ç'qui l'wéteû di dîj ans a gripè ?
Comint chîj'ler avou ène doûce crèyature, pad'vant in bon feu sins lès sokètes du tchêrnia qui spaurd'neut leû tchaleû pou no bouneûr ?
Comint s'rapauji li gnût pa l'tchaleû d'in thé, sins li tiyou qui li done li sinteûr èyèt s'gout ?
Comint lîre in bon lîve sins li gayî pou astokî s'dos èyet l'papî avou lès bos du Canada ?
Comint si rescontrer autoû d'ène tâbe, avou lès cousses, sins l'acajou qua donè s'bos ?
Eyû bâti li cayute èyû ç' qu'on s'muche avou lès camarâdes di wit ans, pou aprèster l'batâye qu'on vou lîvrer à l'in.n'mi ?
Eyèt d'pus, èyû griper à dîj ans, pou r'trouver sakantes eûres, r'zoublant d'ène couche a l'ôte, li sub.tilitè èyet l'pléji di nos ratayons d'i gn-a bran.mint dès sièkes, lès sindjes ?


Pol Soumillon

Voir la traduction


Bon vén

Boune nouvèle pou lès céns qui vèy'nut voltî li vén come mi !
Lès dérènes ètudes (sérieûses) dès docteûrs nos apèrdèr'nut çu qui nos-ôtes (lès féns bètchs) nos savons d'jà dispûs longtimps : li roudje vén èst bon pou l'santè.
Come di djusse, i n'faut nén lèvér s'keûsse a tout skèter èyet d'mèrer résonâbe, come pou lès ôtes bwèssons, l'eûwe n'è fé nén partîye, bén ètindu. Qwè qui !
Mins trwès ou quate véres di roudje vén pâr djoû fé diskinde lès risques d'acsidint d'ôrlodje èyèt min'me li cén dè l' maladîye d'Alzheimer.
Boun aployi ! Djusse divant di scrîre cite p'tit bèrdèlâdje-la, dj'aveus ène pètite, mins vrémint ène pètite sipite di r'môrd pou l'boutâye di Saint-Emilion "stran.néye" ayêr pou souper avou Madame mi feume.
Mi v'la rapauji ; li Côtes du Rhone, li Bordeaux, li Bourgogne ni distrûj'nut nén l'santè, i la garanti.
R'mârkèz qui dji contînûweré a bwêre avou pléjî li Julénias ou bén li Châteauneuf-du-Pape pwisqui dji vwè vôltî di sinte leû n-odeur èyèt r'wétî leû couleûr ; pus râde qui d'sondji qui dj'aureus p'lu lès ach'ter èyèt vuder m'boûsse à l'fârmaç'rîye. Choûtè, intre nos' ôte ; dji n' s'reus nén sési qu'in d'joû ou l'ôte in chimisse ni trouve li moyèn di fé ène sôrte di bistouille sètche di roudje vén, sins d'alcool di dins, qui nos ach'trons amon l'fârmaciyin pou prév'ni li stoupadje di nos win'nes pa lès mwéches craches co pus seûr'mint qu'avou li vré èyèt li bon vén.
Berk !

Pol Soumillon

Voir la traduction


L'djoû d'nos ans

A qwè c'qui ça sièrve vrémint d'awè sès ans qui réson'nut dins l'souv'nance come tchante li p'tite sonète del pompe à essence chake côp qu'in lite di pu diskind dins l'résèrvwèr ? A tèni l'compte djusse di l'âdje (coûte crèchance èyèt après longue diskinde) pou qui l' factûre fuche djusse a l' késse ?
Oyi bon i n'faut nén awè des mwéches idéyes : nos' ans autremint dit, c'est pu râte in d'joû rén qu'pou li. Ene date toute sîmpe, qui pou nos' ôte, prind l'visâdje d'ène fièsse. Eyèt v'la poukwè dji seûs disbautchi pou lès céns qu'ont v'nus au monde l'djou Nowé, li djou dè l' nouvèle anèye ou bén li preumî d'mai, oblidji di pârtadji avou tous l's-ôtes li djou d'fièsse di leû nènûwe dissus têre.
Avwè sès ans, c'èst l'djou èyu c'qui nos stons li rwè. Tout p'tit avou s'papa èyèt s'maman qui a co l'souvenance di nos' awè mètu au monde. Tout d'juste ène miyète pu vîs avou les camarâdes di l'iscole dins l'fîve dès preumîs bal èyèt dès preumîs bètches scrotès padrî ène uch. Pus vî, avou s'tchèriye dins' in bia rèstôrant romantike, ou bén, quand on sautèle ène dijin'ne, avou lès vis cousses avou cuj'ni, orkèsse èyèt les preumières disbautches; li cène qui vénra d'pus è pu souvint sins qu'on lyi d'mande à caûse des tchèyêres vudes dès céns qui sont st-èvôyes pou in "monde meyeû" èyû s'ront st-achids leûs' èfants èyèt p'tits èfants.
Sèrons les îs ène miyète èyèt sondjons ; sayons d'nos souv'nis dès pus bèlès fièsses du djoû d'nos ans di no djon'ne timps ...



Pol Soumillon

Voir la traduction

Gougnies.be

retour en haut
Commentaires
Par lolo le dimanche 01 août 2010 à 20h08
Bonsoir Pol

En réponse à "Lète a m' mésse ...", je t´offre cette petite prière trouvée sur le net.

Bien à toi, douce soirée et à bientôt j´espère...

Baiser papillon

lolo*.*

PS 1: MERCI, j´ai bien reçu tes mots d´amitié via penelope

PS 2: PARDON d´être si peu présente au village ces derniers temps.... Mais je te/vous promets de revenir sur le forum dès que possible. J´ai encore pas mal de boulot au jardin... et puis surtout lorsque le temps sera plus agréable!.... Avec la chaleur du mois de juillet, je n´avais aucune envie d´ouvrir mon ordi. Et nous avons encore eu 28° aujourd´hui et il y a deux semaines nous avons même eu 45° sur la terrasse et 35° à l´ombre!......

***

Prière du chien

Quand je naîtrai, tu me choisiras,
Et pour la vie tu me garderas,
Et si parfois dans ta maison je m'oublie
Pardonne-moi je suis encore petit
Tu verras quand je grandirai
Propre, très sage, je deviendrai,
Je ne te demanderai presque rien
Une caresse et un peu de pain,
En échange, je veillerai sur tes biens
Et ne laisserai personne importuner les tiens
Mon amour et ma fidélité grandiront pour toi
Tu seras mon univers, mon avenir et ma joie
Tu seras mon seigneur et mon maître
Ton esclave et ton enfant je veux être
Sans hésiter, je te donnerai ma vie
Mais, s'il te plait, je t'en supplie
Ne m'abandonne pas....
Par Ben le mardi 22 juin 2010 à 21h55
houla la Pol... c'est de circonstances, il est vrai....

moche
:-(
Par Pol le vendredi 11 juin 2010 à 12h05
Un grand merci Lolo pour tes mots si encourageants.
Par lolo le vendredi 11 juin 2010 à 11h48
Bonjour Pol

Quel talent!...

Ce matin je suis venue me baigner dans tes petites histoires et je tiens à te dire que j´ai beaucoup aimé la tendresse et la délicatesse de tes mots. Tout est fraîcheur lorsque tu contes fleurette à ta "marguerite des prés" dans "Miracles... ". Et en lisant "Capucin" je t´avouerai que j´ai eu une tite larme à l´oeil.

Mon cher Pol, de tout coeur je te souhaite que de nombreux lecteurs, d´ici ou d´ailleurs, passent sur tes mots. Ils ne devraient pas le regretter!... Et j´espère aussi qu´ils te laisseront quelques commentaires élogieux parce que tu le mérites vraiment...

BRAVO et encore mille et un MERCIS pour ces merveilleux moments de lecture.

Bien à toi et baiser papillon

lolo *.*
Par Pol le mardi 01 juin 2010 à 11h38
Dji seûs bén anoyî d'Jean, c'èst mi qu'a tout stran'ner
Par Ben le mardi 01 juin 2010 à 11h20
Très beau texte Pol et, en plus, le hasard fait qu'il est en harmonie avec l'autre ajout du jour: l'apaisante photo de Rita B.
Par jean le mardi 01 juin 2010 à 10h58

J'aime beaucoup le passage avec les sardines grillées, les patates pétées et la salade aux lardons, mais où est le rosé bien frais, Pol ? Que personne ne sorte !
Par Pol le lundi 26 avril 2010 à 09h59
"In p'tit pléji qui l'bon timps nos fé, come in dwègt d'pausse scrotéye dins l'plat d'vant qu'on n'cûje lès waufes."

Eyèt dji l'fé co !
Par Ben le vendredi 23 avril 2010 à 16h58
In p'tit pléji qui l'bon timps nos fé, come in dwègt d'pausse scrotéye dins l'plat d'vant qu'on n'cûje lès waufes.

belle image!
Qui ne l'a fait ?
Par jean le vendredi 23 avril 2010 à 15h33
Oui Pol, moi aussi j'aime beaucoup les pâquerettes. Et chaque année à cette époque, il m'arrive d'avoir très mauvaise conscience. Ce n'est pas vraiment un péché, mais elle n'est franchement pas délicate, la tondeuse à gazon...
Par Ben le vendredi 05 mars 2010 à 20h50
Oh Pol! Bravo


tu souffles le printemps (même si le jeunes filles court vêtues se feront encore un peu attendre) et la lumière.
Tu prépares le doux
:)
Par jean le vendredi 05 mars 2010 à 19h23
Tu es génial, Pol, tu nous parles de barbecue et d'apéro et le solstice d'été se pointe à l'horizon... On se sent déjà mieux. Tu sais que tu as de bonnes idées, toi !
Par Ben le samedi 06 février 2010 à 09h43
Notre cher Pol ne peut renier la moitié de son patrimoine génétique et, même si je partage ses goûts (sauf pour le sucre, à moins qu'on ne suive les conseils de Jean) je pense qu'il va se faire taper sur les doigts à coups de petite cuiller. Pensez donc: vanter, en wallon (!) le café et oublier qu'il n'en est de bon, par ici , sans ramponneau ni chicorée, quelle honte!
:-)
Par jean le vendredi 05 février 2010 à 20h29
C'est vrai qu'il sent bon, ton café, Pol ! Mais tu vois, au risque de faire encore jaser (autour d'une tasse de café), je crois que j'y ajouterais... heueueu...oh et puis m..., je le dis et tant pis pour les canlettes, j'y ajouterais un bon coup de Cognac !
Par jean le vendredi 08 janvier 2010 à 09h08
Il suffit d'éternuer et par ce froid de canard, c'est bien légitime...
Par JEF le jeudi 07 janvier 2010 à 23h48
Non, c'est surtout la cédille qui est difficile à faire ...
Par Akela le jeudi 07 janvier 2010 à 13h40
A cause de la longueur de leur prénom, je supose.?
Par jean le jeudi 07 janvier 2010 à 08h31
Par ce froid de canard, on peut écrire son nom dans la neige en faisant pipi, mais c'est plus facile pour Pol que pour Jean-François....
Par ben le mercredi 06 janvier 2010 à 18h48
par un froid de canard on peut se permettre d'avoir le nez tout rouge sans s'exposer à des commentaires désobligeants sur sa consommation d'antigel
Par ditch1 le mercredi 06 janvier 2010 à 13h56
Ene boune anneye èyèt bram.mint d'blanke Chimay adon !
Par Pol le mercredi 06 janvier 2010 à 11h47
Té qui v'la ! Cèst m'cousse Ditchyin ! Qué nouvèle m'fi ? C'èst co vré çoula ... èyèt c'èst in vré pléjî d'bwère ène boune blanke Chimay !
Par Ditch1 le mercredi 06 janvier 2010 à 11h19
Pa un freud d'canard, à l'swereye, on pou s'rapauji à s'nauje pad'vant li stuve è buvant ène blanke Chimay avou s'feûme !
Par Pol le mardi 05 janvier 2010 à 15h01
Oyi DJan ... di l'intrè lardè avou dès ous ... dj'é fwin asteûre !
Par jean le mardi 05 janvier 2010 à 14h30
Par ce froid de canard, je dirais, Pol, qu'on peut manger une bonne tranche de lard (mmmmmh...) sans se faire engueuler par son médecin !
Par Willy Moreau le mercredi 02 décembre 2009 à 11h54
Je me souviens que dans mon enfance nous étions réprimandés voire punis surtout à l'école si on parlait Wallon.Dommage car si je la comprends très bien ,il ne m'est pas aisé de le lire.
Nos éducateurs de l'époque étaient-ils assez imprégnés de la richesse de nos racines?
Et aujourd'hui nos enfants et petits enfants sont -ils sensibilisés à cette racine? Qui devra faire son mea culpa si notre langue wallonne devait s'éteindre comme beaucoup d'autres dans le monde
Par Grand Père Carly le mardi 01 décembre 2009 à 19h37

Merci Pol, dans le journal de Namur " Vers l'Avenir", il y avait jadis une chronique hebdomadaire intitulée: " Pou lir' li wallon, fau iesse capape" mais li scrire c'est co en' aut' " paire de manches".

Routé din l' broujard, c'est tél cau maloji mais din l'nive qui tché par nù c'est co pir.

Une nuit de samedi à dimanche, sortant d'un bal à la salle de l'Escuchau, je me suis trouvé dans une vraie tempête de neige et plus aucun éclairage public. le temps de pisser un coup, j'entreprends les cent cinquante mètres jusqu'à la maison.

Cette mixion impromptue m'avait fait perdre le sens de l'orientation et c'est un bon bout de temps plus tard, après quelques glissades incontrolées que je me suis retrouvé à l'entrée du cimetierre de Gougnies. Neige extérieure et brouillard intérieur, satané coctail

Grand Père Carly
Par jean le mardi 01 décembre 2009 à 15h37
Héhéhéhé.... Ben oui da ! C'est pas un mauvais souvenir ! Loinnnnnn de là ! Faut dire que le brouillard était particulièrement envahissant, je dirais même pénétrant car il sévissait même à l'intérieur.... Héhéhéhé !
Par Ben le mardi 01 décembre 2009 à 15h07
Et j'en connais qui, dans le brouillard, sont allés "toquer" à une porte et ont entendu les occupants répondre "Meuuuh!"
Par jean le mardi 01 décembre 2009 à 14h54
..."Nén djusse, c'èst d'Jean, dji n'saveus nén qu'i l'aveut in tchén ; l'èst vré qu'i m'chène tout djon.ne"..

Sur le moment, j'ai cru que le "polète" parlait de moi... Mais j'étais dans le brouillard, je n'ai jamais eu de chien et surtout... tout jeune... Hum... Oui bon, il s'agit sûrement du chien ! Ceci dit, c'est vrai que le village est beau, même quand toutes les mamys du passé se sont donné le mot pour faire la lessive ensemble et "qu'el buwée" envahit nos ruelles...
Par Ben le lundi 02 novembre 2009 à 09h07
Pour Grand Père Carly:
wow! l'image est parlante... !
Par grand père carly le dimanche 01 novembre 2009 à 19h04
Pour Ben,

" Des dessous à attirer les mâles ( de chat ) "
Par jean le dimanche 01 novembre 2009 à 18h14
Wouaw, pol ! A la Toussaint, d'après l'IFOP, beaucoup parmi nous ont le cafard ! Toi, t'es amoureux ! Géniaaaaal.....
Par Ben le dimanche 01 novembre 2009 à 17h38
"dès d'zous a z-assatchî lès marous" : ça donne quoi en traduction littérale ?
Par Ben le mercredi 30 septembre 2009 à 16h06
J'aime l'idée de Capucin gambadant sur un nuage blanc.
J'aime aussi l'idée d'un au-delà pour les animaux. Mais l'ennui c'est que je ne les verrai pas : ils seront au paradis... et moi en enfer!
Par jean le mercredi 30 septembre 2009 à 14h05
En racontant l'histoire de Capucin, Pol, tu as donné rendez-vous à la poésie... Elle ne t'a pas posé de lapin !
Par Ben le mardi 30 juin 2009 à 08h21
j'adore la traduction de:

"leû atirance costè kèkète"
:-)!
Par jean le mardi 30 juin 2009 à 07h58
Cochon qui s'en dédit, j'aime lire (...et relire, car je n'ai pas toujours bien étudié mes leçons de Wallon...entre autres) ces jolies réflexions qui voyagent, poussées par le vent du terroir, sur les sentiers de la jovialité locale et arrivent...à bon "porc" !
Par Pol le mardi 02 juin 2009 à 10h12
Mi ètou m'fi dj'é bré ... li keûr sinsibe come ène pia d'timbe ... on n'si r'fé nén !
Par jean le samedi 30 mai 2009 à 14h17
Pol ! Dj'é co bré ! Bravo et merci !
Par Ditch1 le mercredi 06 mai 2009 à 12h05
Félicitations Pol, surtout, n'arrêtes pas de nous surprendre :-)
Par jean le vendredi 01 mai 2009 à 17h00
Pol, quand tu ouvres ton école de wallon, tu m'inscris ? Je m'y prends tôt car pour accéder aux bancs d'un établissement de bonne réputation, il faut aujourd'hui faire la file...et j'ai revendu mon matériel de camping !
Par lolo le vendredi 01 mai 2009 à 11h16
bonjour pol

c´est grâce à Ben que je découvre en ce beau matin de mai cette rubrique. MERCI mon cher petit chef adoré ;-)

Pol, c´est donc la première fois que je viens ici, dans ton paradis wallon et... j´y découvre des PERLES MERVEILLEUSES. J´ai tout lu ou plutôt tout dégusté ;-)

Je t´avoue que je ne comprends rien au wallon et te dis donc un tout grand MERCI pour cette délicate attention envers les personnes qui comme moi n´y comprennent "rin ou ré du tout ni quedaaaal..." (*sourire*) de mettre les traductions.

TCHAPIA TCHAPIA TCHAPIA ! Et crois-moi, je reviendrai me promener dans ton paradis.

VIVE Gougnies.be
VIVE sainte Rolende
VIVE la plus belle compagnie de l´Entre Sambre et Meuse
et ... Bén râte li Pint'cousse!

Amitieûs'mint à ti(?) et à tertous et BAISER PAPILLON ( Pourrais-tu me donner la traduction en wallon? Merci d´avance)

lolo:-)




Par Ben le vendredi 01 mai 2009 à 08h13
J'aime beaucoup l'image de

"pètites blankes goutes di bon timps pad'zeûs lès clotchîs" nos amis de Gougnies_pelote vont apprécier!
Super, Pol!
Par Ben le vendredi 03 avril 2009 à 08h31
"Ratinde"
très joli texte de Pol.
Au lieu de phantasmer sur sa voisine comme il le fait, il peut aussi, c'est très amusant (surtout en ville où la queue est plus anonyme) tout simplement dire bonjour à son voisin ou sa voisine. Etonnement garanti: les réactions vont de la moue désapprobatrice et du dos qui se tourne au grand sourire et au mot gentil en retour.
Essayez: ça vaut la peine...
Par Dom le jeudi 26 mars 2009 à 17h44
Bravo
Par Pol le vendredi 06 mars 2009 à 09h30
Oui Ben en effet, je le placerai donc dans ma chronique de 2014 ;-)
Par Ben le jeudi 05 mars 2009 à 08h41
Sacré Pol!
Je me réjouis de lire ta chronique de 2014 ...et toutes les autres d'ici là.
Que de souvenirs, en effet, la cuti, la plaque froide de la radio sur la boudène...
Tu as oublié, cependant, le bocal à pipi !
Par ben le dimanche 01 février 2009 à 13h45
parvenir à faire référence à Van Gogh dans une chronique en wallon: tchapia!
Par SPECTATEUR le jeudi 08 janvier 2009 à 18h08
BONNE ANNEE A TOUTE L EQUIPE DU CERCLE WALLON THATRAL DE GOUGNIES. DIALECTE A PRESERVER CONTINUELEMENT.
Par Pol le lundi 05 janvier 2009 à 18h33
Merci beaucoup pour vos encouragements.
Ene boune anèye à tertous
Par jean le jeudi 01 janvier 2009 à 10h18
Avec des textes pareils à ceux-ci et un tel professeur, je pourrais sans aucun doute améliorer mon wallon ! Encore, Pol !
Par ben le jeudi 01 janvier 2009 à 09h20
"Eyèt di pus, faut-i awè ène idèye dissus tout ?"

oui j'en ai une! Ce texte savoureux mérite des applaudissements!!!


"E n'in mot," .... si vous n'avez pas consulté la traduction en français, allez-y quand même pour apprécier ce que deviennent ces trois mots...
Par Pol le lundi 01 décembre 2008 à 14h07
Pou lès céns qui voureut è sawè d'pus d'sus li cultûre Celte :

http://www.arfe.fr/calendrier/presentation_calendrier.htm
Par Ben le lundi 01 décembre 2008 à 09h26
Bravo pour l'âbe. Joli texte, bien senti!
Par stefan le dimanche 02 novembre 2008 à 18h21
encore bravo pour ce texte et le jus de raisin est bon a la sante aussi pour la circulation sanguine il me semble .....
Par jean le samedi 01 novembre 2008 à 09h23
Merci Pol ! Si je dois y retourner, c'est chez ces docteurs-là que je veux aller ! Ce rayon de soleil qui joue dans les reflets vermillons de la robe du noble breuvage, cette aubade à l'accent du terroir fait chaud au coeur, quoi qu'en disent les pisse-vinaigre à la langue chargée de résidus édulcorés et de propos venimeux à l'égard des bons vivants... Encore, Pol !
Par Ben le vendredi 31 octobre 2008 à 21h27
Bravo Pol pour ce texte "bon vèn" , forcément savoureux.
Et parmi les mots que j'ai appris, il y a "sipite"
:-)
Par Dom le mardi 30 septembre 2008 à 17h27
Merci pour l'info.
Lors de cette fête 2008, j'ai déjà entendu dire :"Bén râte li Pint'cousse !".

C'est vrai que ça diminue (ça discré ???)
Par Pol le lundi 29 septembre 2008 à 12h10
Je dirais plutôt

Bén râte li Pint'cousse

Merci pour vos encouragement ...

Amitieûs'mint à tertous
Par Dom le mardi 23 septembre 2008 à 16h42
Alors, c'est bien "Bén râde èle Pint'couss" ? ...
Si Pol pouvait confirmer.
Merci
Par richard (gozée) le mardi 23 septembre 2008 à 10h37
bravo pol , je ne savais pas qu'il y avait
un poète dans la famille, félicitation.
remet mon bonjour à tes parents et bonne continuation.
RICHARD
Par ditch1 le mardi 23 septembre 2008 à 09h19
Bén râde èle Pint'cousse !
Endo Pol?
Par Dom le lundi 22 septembre 2008 à 20h01
Géniale, l'idée d'une rubrique en wallon. J'adore.
Qui peut me dire comment on écrit exactement : "Bérât el Pint'couss" ?
Je compte sur vous pour m'informer
Merci
Dom
Ajoutez un commentaire :
Conditions d'utilisation
Votre nom :

Votre commentaire :
retour en haut