X
Vendredi 21 juillet
Nuageux
Temp Min : 9 °C
Temp Max : 25 °C
Alain Grégoire, premier tambour
S'il devait bénéficier d'une seconde vie, Alain Grégoire marcherait comme... tambour. Belle « profession de foi » pour quelqu'un qui a tenu ses premières baguettes à 2 ans et demi et en a 45 aujourd'hui!

"A l'époque on manquait de tambours...admet-il mais aujourd'hui, gare ! En cas d'incartade on vous fait vite savoir que d'autres attendent votre place..."
Alain « canada » n'aime peut-être pas trop qu'on l'affuble du sobriquet qui remonte à son grand-père chez qui on allait acheter des pommes de terre, mais il se souvient que c'est « el Blanc », José Paquier, qui lui a cédé la place de 1er tambour vers 1975, l'ayant lui-même reçue de José Laffineur, fils de Roger l'auteur de la marche « Gougnies ».

Il en a fait des marches ! Il fut une époque où, presque tous les week-end de la saison, il enfilait une de ses quinze tuniques, se coiffait d'un de ses six képis et saisissait un de ses neuf tambours pour rejoindre l'une ou l'autre compagnie. Il fallait de la santé... comme il en fallait pour, en plus, construire soi-même sa maison !

"Mais maintenant, j'ai très fort restreint admet-il. Quand on prend son tambour comme on prendrait ses miches pour aller travailler, il est temps de se poser des questions..."
Pour la même raison, il a cessé de donner des leçons. "C'est pas tout de leur apprendre... il faut aussi leur trouver une place dans une batterie et parfois leur servir de nounou..."


A soi seul, on peut semer la pagaille dans toute la compagnie

Son avis sur la qualité des tambourîs d'aujourd'hui ?
"Globalement bien meilleure que quand j'étais enfant. Mais attention : il y a des batteries où l'on caresse encore les peaux. Chez nous il faut flahî ! C'est au premier tambour de le faire savoir aux nouveaux...et de le faire respecter."

Un premier tambour c'est quoi ? "Du stress...quand on se rend compte qu'à soi seul on peut semer la pagaille dans la compagnie entière...C'est aussi former la batterie avec l'accord du tambour-major et puis faire régner un minimum de discipline et de respect des horaires dans ce groupe où l'on n'est naturellement pas trop enclin à se soumettre. C'est aussi, tout au long de la journée, maintenir la cadence et, aux moments de fatigue, de fléchissement, l'imposer avec l'aide du 2e tambour. C'est enfin le premier tambour qui choisit l'enchaînement des marches, mais en consultant les fifres pour savoir s'ils sont en forme pour un « solo » ... et tout en répondant aux demandes que le tambour-major indique par la position de sa canne."

Alain ne s'éloigne d'une batterie que lorsqu'il prend part au Tour Sainte Rolende des marcheurs, en fin de saison : il endosse alors l'uniforme des tromblons. Sinon, c'est un « accro » des vibrations des tambours. Marcher, c'est surtout affaire d'émotions. Chaque lundi de Pentecôte, après la halte à l'église, il a les larmes aux yeux, quand il emporte la châsse qui reprend son périple vers Fromiée.

Emotion aussi quand il a battu du tambour, en mars 1994, aux funérailles d'Emile Derenne, tambour à Villers-Poterie.
"J'avais souvent tambouré avec lui... comme j'aurais voulu le faire davantage avec mon père, mort quand j'avais 16 ans. Emile me racontait l'époque où, quand il fallait aller jouer avec d'autres batteries, mon père et lui mettaient leur tambour sur le dos, enfourchaient leur vélo... et s'en allaient pour la durée de la marche. Ils logeaient souvent chez le tambour-major de l'endroit..."

De son père, Jean « Canada-Grégoire », Alain a hérité « Waterloo », un curieux poème sur fond de tambour, retraçant les grandes lignes de l'épopée napoléonienne et de la bataille ; en quelque sorte un « one tambouri show » que Jean avait créé et dont Alain fait parfois le cadeau à ses amis marcheurs.
La tunique de Jean, parmi d'autres, figure dans les trésors d'Alain, son tambour est l'un de ceux qu'il bichonne.


Neuf tambours et cent mètres de corde !

Un tambour ? Un fût, deux cercles, une peau de timbre et une peau de frappe...et onze à treize mètres de corde. La préparation commence une semaine avant la Pentecôte : les démonter un à un (faisons le calcul onze ou treize mètres fois neuf tambours = une centaine de mètres de corde !), astiquer le fût, humidifier la peau de frappe et la retendre sur son cerclage. Tout remonter et prévoir quelques peaux prêtes à l'emploi en cas d'incident. Oui, comme dit la chanson « Ièss tambourî, c'es'tin mestî ».
Mestî qu'Alain pousse d'ailleurs plus loin encore puisqu'il prépare ses peaux lui-même. Les peaux de frappe du moins : celles de timbre, plus fines, nécessitent un outillage qu'il ne possède pas. Mais, pour préparer les peaux supérieures il a acquis un vrai savoir-faire qu'il exerce sans en tirer profit.

C'est un travail qui, pour des raisons olfactives évidentes se fait en hiver. En effet, quand il obtient une peau -il faut un veau de 150 à 250 kilos- elle lui est remise encore toute sanguinolente. L'opération à laquelle il va alors se livrer n'est pas un tannage mais l'élimination des poils. Pour cela, la peau sera immergée dans de l'eau et de la chaux vive et régulièrement retournée sur elle-même une semaine durant. Ensuite, elle est disposée sur un tréteau et les poils sont raclés au moyen d'un grattoir en bois, de façon à ne pas entamer le cuir. Ensuite -et ce n'est pas le plus gai- la peau est retournée et, au moyen d'un cutter, notre tambourî se met en devoir de détacher tous les restes de viande, de graisse et les dépôts divers qui y adhèrent. Puis, vient le moment de vérité: avec un cerclage de tambour comme gabarit, il détermine, en veillant à choisir des endroits où la peau est bien homogène et d'épaisseur constante, combien le veau va donner de peaux : deux, parfois trois, quatre dans les meilleurs cas. Les cercles sont découpés avec l'aisance nécessaire pour la fixation et les peaux sont alors étirées et clouées sur une planche. Après quelques jours, elles auront acquis leur forme et pourront être de nouveau humidifiées pour être, enfin, fixées sur leur cerclage... et faire leur travail de bonne et honnête peau de tambour d'Entre Sambre et Meuse.

Voir sur ce sujet: Tambours un beau roulement


Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Au centre de la photo, près du fifre: c'est lui! (Photo Thérèse Charlier)

Texte rédigé par Benoît Gaspar

retour en haut
Commentaires
Par Loïc & Melina le mardi 02 mai 2017 à 18h27
Grâce à Alain et sa grande expérience des marches, nous en avons appris beaucoup sur cet univers fascinant et si ancré dans la tradition. Encore un grand merci de nous avoir, avec générosité et bonne humeur, accordé du temps pour répondre à nos questions.
Par Derrick le vendredi 27 février 2015 à 17h36
Hey Alain, je viens donc de découvrir l'étendue de ton talent! Encore bravo et je dois avouer que je suis en admiration. A plus dans le bus!
Par Muriel Adam le mardi 24 février 2015 à 09h11
Merci pour ce partage de connaissances. Un article vraiment intéressant et passionnant!
Par Johan Viroux le samedi 09 août 2014 à 00h14
C'était bien de passez une fois chez Alain. Il avait aussi appris comme moi chez Fernand Fievet, un super tambourî de Biesmerée, li Tchik, qui avait encore un terrible coup de poignet alors qu'il avait plus de 60 ans. On espère l'avoir bien imité...
Par Pol le mercredi 05 février 2014 à 13h59
Pour ceux qui veulent en savoir un peu plus, le reportage réalisé par Télésambre ; si vous voulez découvrir une exclusivité, je vous invite à le visionner (vers la dixième minute du reportage) : http://telesambre.rtc.be/content/view/11851/380/ ... Je n'en dis pas plus ... Si ... Bravo Alain !
Par Titi le vendredi 13 juillet 2012 à 08h53
Faire des peaux sans en tirer profit , mais biensur mdrrrr
Par catherine le mercredi 20 juin 2012 à 11h16
on n'est toujours noircis par plus noir que soi
et surtout , ci vous avez le cran de mettre votre nom pour critiquer mon oncle ca serait encore mieux .
perso , mumu, el tambouri, muriel, faite le parcours folkloriques qu'il a fait , et puis apres vous pourrez parler.
se cacher derriere un surnom c'est du n'importe quoi
Par catherine le mercredi 20 juin 2012 à 11h11
tonton, malgré ce que les gens peuvent pensé de toi
tu as toujours été là pour moi quand j'en avait besoin
c'est vrai que pour le moment on se perd de vue mais sache que jtaime
et tu es un tambouri exceptionnelle et je sais de quoi je parle
Par moi le jeudi 20 octobre 2011 à 20h55
MAIS SI LAURENCE JE SUIS CONNECTE MAIS A HAMMAMET MERCI
Par Ex chef des infirmières le mercredi 19 octobre 2011 à 10h53
Tu ne pourras me lire puisque tu es parti chercher tes peaux au-delà de notre horizon! Bel article sur la personne extraordinaire que tu es mais ça, tu le sais déjà!!!!!!!

Au lecteur: saviez-vous en plus qu'Alain a une bonne âme et un grand coeur et qu'il aime partager du don de soi.... Il saura de quoi je parle...

Alors, mon cher Alain, mon cher ami, au plaisir de te revoir non pas revêtu de ton bel uniforme de Marche mais de ton bel et voyant uniforme de cycliste au détour de la Marche Saint-Hubert. Et oui, qu'on se le dise.

A bientôt et au plaisir d'une rencontre imprévue ou pas,

laurence
Par collignon michael le dimanche 10 juillet 2011 à 09h50
je suis a la recherche d'un prof pour moi apprendre a jouer du tambour
je suis tres motiver pour apprendre
undertaker26@live.be

je suis pas professeur mais j'en cherche un merci
Par collignon michael le vendredi 17 juin 2011 à 09h48
bonjour je cherche une personne ou ecole pour apprendre tambour je sait deja en jouer un peux je suis tres motiver a apprendre ses ma passion le tambour merci de m'aider
collignon michael undertaker26@live.be
Par amandine le vendredi 20 mai 2011 à 13h00
bonjour, pourriez-vous me dire s' il existe une école de tambours où on accepte les filles svp ?
ce serait gentil si vous me répondiez sur mon adresse mail svp
merci d'avance.
voici mon adresse so-amandiinee.x3@hotmail.com
Par Ruddy le mercredi 11 mai 2011 à 23h28
Bonjour

Encore merci pour cette journée porte ouverte qui à été un grand succès, plus qu'une présentation de la construction d'un tambour s'était presque un cours.
J'ai pu constater que c'est vraiment une passion pour toi et que tu t'y amuses beaucoup.

Par Charles le dimanche 17 avril 2011 à 17h23
Bonjour Alain
J'ai égaré ton adresse mail pour t'envoyer les photos.
Peux-tu m'envoyer un coucou à:
j.c.salmon@bbox.fr
Par mathieu le jeudi 21 octobre 2010 à 17h36
bonjour je recherche un tambour merci d avance pouriz*ez vous m aidez
mathieucolinmettet@hotmail.com
Par mike le lundi 07 juin 2010 à 14h13
bonjour a tous je joue du tambour d'empire je recherche place pour en jouer je joue du tambour pour mon plaisir ses ma passion je ne demande pas a etre payer je joue pour mon plaisir

je m'entraine sur les parcours du ravel ou bien sur les route en milieu de campagne si sa interesse des jeune qui joue du tambour on peux le faire a plusieurs de s'entrainer en milieu des campagnes ou bien sur les parcours du ravel
Par le boulanger le vendredi 28 mai 2010 à 22h55
merci pour les baguettes mdr
Par Pascale le jeudi 14 janvier 2010 à 17h48
J'adore, et quelle prestance!!
Par CANADA le lundi 07 décembre 2009 à 07h36
Pour cath: Une simple bille de suif (graisse de mouton) sur la peau sèche à étaler sur +- 30cm à partir du centre.
Par Cath Aclysme le jeudi 03 décembre 2009 à 14h42
Bonjour,
Quelle graisse utiliser pour une peau d'un tambour renaissant, qui est démonté et n'a plus servit depuis au moins 3 ans?
Faut-il l'humidifier beaucoup et ce avant ou après le graissage?
Merci d'avance pour vos conseils!
Par Willy GERARD le lundi 09 mars 2009 à 20h36
La jalousie fait toujours mal au ventre.
Et les personnes qui on peur de leurs signatures sons des HYPOCRITES.
Continnue dans ta classe.
Par xavier DANZE le lundi 09 mars 2009 à 20h16
AUX DETRACTEURS D ALAIN

Y A BIEN PIRE QUE LUI DANS UNE BATTERIE ....CROYEZ MOI ...
JE PEUX METTRE DES NOMS MAIS J AI RECU UNE CERTAINE EDUCATION .
C EST SUPER FACILE DE CRACHER SON VENIN SUR UNE PERSONNE SOUS DES PSEUDOS ....MUMU? EL TAMBOURI ?MURIEL ....
LA GRANDE CLASSE REGARDER AUTOUR DE VOUS TOUTES C EST PETITES VEDETTES DU TAMBOURS .....ELLES SPNT BIEN PIRE .......
Par jimmy le mercredi 04 février 2009 à 16h19
merci tonton
Par helena le mercredi 19 novembre 2008 à 20h20
alain oublie tout les jaloux ils sont loin d avoir ton talent continue tu es le meilleur

Par mumu le samedi 19 avril 2008 à 13h11
quel horreur
Par el tambouri le mardi 26 février 2008 à 17h12
prétentieux avec des tambours qui font bling bling...c'est un style...perso, je trouve que c'est n'importe quoi!!
Par cat et romain le jeudi 07 février 2008 à 19h11
nous t'aimons car tu nous fait toutes nos dodaines
Par catherine le jeudi 07 février 2008 à 18h11
on t'aime tonton tu es le meilleur tonton du monde
Par muriel le mardi 08 janvier 2008 à 19h20
bof
Par david et jimmy le mercredi 27 juin 2007 à 20h35
on t aime notre tonton
Par quinet eric le mercredi 27 juin 2007 à 20h32
bonjour mon tonton
Par momo le jeudi 28 décembre 2006 à 18h13
le vrai tamboureur de gougnies lollllll
Par jean le mardi 31 janvier 2006 à 23h48
De son sobriquet, il ne souffrre pas trop
A Gougnies ,tous se sont donné le mot
Mais la nuit, il troue, c'est son tort,
Le "Canada", quand î dort î fore !

Par ben le vendredi 23 décembre 2005 à 20h03
bref, mais apprécié
merci!
Par carly le vendredi 23 décembre 2005 à 19h05
très bien
Ajoutez un commentaire :
Conditions d'utilisation
Votre nom :

Votre commentaire :
retour en haut