Nos chroniques 2021

La petite Chronique du mois de janvier

Stephen King a écrit :

« Les rêves sont des poèmes écrits par le subconscient » 

J’ignore quelle mouche a piqué le mien en ce début d’année, mais je le trouve bien taquin ! Voulez-vous que je vous raconte mon rêve ? Bon, vous l’aurez voulu…

Vous n’ignorez certainement pas que la galette des rois est une très vieille tradition qui prend ses racines dans la période romaine. Elle permettait à l’époque d’affranchir un esclave désigné par le sort lors d’agapes dont les Romains étaient particulièrement friands.

Au Moyen Age, cette tradition s’est perpétuée et se traduisait, le jour de l’Epiphanie, par un repas au sein des logis les plus cossus. Au moment du dessert, la galette ancestrale était partagée et une part appelée « part des anges » était réservée au premier pauvre venu.

Cette portion de gâteau était désignée au hasard par un enfant caché sous la table.

Et bien dans mon rêve, j’étais cet enfant.

L’atmosphère (chère à Arletty) était à la fête autour de cette immense table en chêne massif devant l’âtre dans lequel flambaient gaiement les bûches du réconfort, bien précieuses en ce rude mois d’hiver.

Le maître de maison siégeait tel un souverain en bout de table et les convives festoyaient sans vergogne au son des vielles et flûtiaux du ménestrel.

Lorsque le dessert fut annoncé par une gente damoiselle, étant le plus jeune de l’assemblée, je me glissai sous la table, dans la pénombre ouatée où somnolait déjà le chien de la maison, et me tins prêt à désigner la part du pauvre.

Guêtres de cuir et de toile lacées, escarpins délicats me laissaient deviner quelque peu l’identité des convives.

Bercé par la musique du ménestrel et le crépitement chaleureux du foyer, je cédai à l’invitation du toutou serein et m’assoupis quelques secondes.

Mais saviez-vous que le fait de s’endormir dans un rêve permet de voyager dans le temps ?  Ah si Marty McFly avait su…

Je retrouvai très vite mes esprits au même endroit, dans les mêmes circonstances et la même position, mais cinq siècles plus tard ! En 1960, époque à laquelle une styliste anglaise, Mary Quant, popularise le port de la mini-jupe…

Bien, je vous raconterai la suite de mon rêve ce soir, quand les enfants seront dans les bras de Morphée !

Ben quoi ?  Un peu de légèreté ne fait finalement de mal à personne !

Et puis, en ce début de nouvelle année, vous ne pensez pas qu’on en a fichtrement besoin ?

 

Jean Marcelle

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.